Une piste médicamenteuse pour prévenir la mort par coup de chaleur...

Un malaise soudain pendant un effort sportif précédé d'un gros coup de chaud… Vous ne le saviez peut-être pas mais ces symptômes caractéristiques de l’hyperthermie maligne d’effort peuvent entraîner le décès. Une étude montre que l’Aicar, mieux connue sous le nom de pilule d’effort pourrait protéger les individus génétiquement prédisposés à la mort subite par la chaleur ou l’exercice. L’étude réalisée par des chercheurs américains a été publiée dans la revue Nature Medicine, le 8 janvier 2012.

Rédigé le

Une piste médicamenteuse pour prévenir la mort par coup de chaleur...
Une piste médicamenteuse pour prévenir la mort par coup de chaleur...

L'Aicar est une pilule qui améliore l'endurance musculaire et diminue la fatigue, de sorte qu'elle a été surnommée "pilule d'exercice".

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont utilisé des souris génétiquement modifiées. Il s'agit de souris mutantes hétérozygotes (YS) qui développent une hyperthermie maligne typique quand elles inhalent des anesthésiques. Elles réagissent aussi plus vite à la chaleur et meurent quand elles restent plus de 15 minutes à une température ambiante de 37 degrés ou quand elles font de l'exercice dans la chaleur (plus de 25 degrés Celsius).

L'hyperthermie maligne d'effort survient quand on effectue des efforts musculaires trop importants, sur une durée trop longue, dans une atmosphère chaude et parfois humide. L'hypothalamus qui est la zone de régulation thermique n'arrive plus à réguler normalement la température du corps qui peut aller jusqu'à la mort par arrêt cardiaque.

L'équipe dirigée par le Dr Susan Hamilton (Baylor College of Medicine, Houston) a démontré que quand on donne de l'Aicar à ces souris mutantes, le décès par hyperthermie maligne d'effort est prévenu à 100 %. Même quand l'administration arrive seulement dix minutes avant l'effort. Mais quand l'Aicar est administré après la survenue des contractions musculaires induites par la chaleur, le décès est prévenu dans quatre cas sur cinq.

Comme le souligne le Dr Rober Dirksen (University of Rochester Medical Center, Etat de New York), cette piste pourrait aider à prévenir le coup de chaleur notamment chez les sportifs : "il y a un grand besoin, pour le personnel d'entraînement des équipes d'athlètes, pour les médecins urgentistes des régions chaudes, et pour les soldats servant au Moyen-Orient, d'avoir un médicament disponible à administrer aux individus durant un coup de chaleur."

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus