Ultra-Trail du Mont-Blanc® : l'ultra-effort à l'étude

L'Ultra-Trail du Mont-Blanc®, une randonnée de l'extrême qui propose à ses concurrents de faire le tour du Mont-Blanc en moins de deux jours aura lieu le 31 août 2012. A cette occasion, des chercheurs de l'Université et du CHU de Saint-Étienne vont évaluer la capacité d'endurance des femmes participantes.

Rédigé le

Ultra-Trail du Mont-Blanc® : l'ultra-effort à l'étude
Ultra-Trail du Mont-Blanc® : l'ultra-effort à l'étude

L'Ultra-Trail du Mont Blanc® est un marathon de haute montagne de 186 km et 9 600 mètres de dénivelé, au cours de laquelle 2 300 personnes font le tour du plus haut sommet d'Europe. Les meilleurs bouclent la course en 24 heures, il faudra compter le double pour accueillir les derniers.

En 2009, une première étude, réalisée sur les hommes, avait évalué les conséquences biologiques et la fatigue neuromusculaire liées à l'épreuve. Les conclusions avaient montré que "98 % des sujets récupéraient leur capacité musculaire en moins de quinze jours", rappelle à l'AFP Guillaume Millet, chercheur à l'Inserm et expert en physiologie du sport à l'université de Saint-Étienne. Ils avaient alors montré que la fatigue venait d'avantage du système nerveux central que des muscles.

Cette année, l'étude va explorer plus en détail cette fatigue nerveuse grâce à la technique de "stimulation magnétique transcrânienne". Cela consiste à soumettre des champs magnétiques de l'ordre de la milliseconde pour stimuler le cortex moteur, à l'aide d'un aimant placé sur la tête. Un appareil est ensuite chargé d'enregistrer la réponse des muscles à cette stimulation.

Quinze femmes et une vingtaine d'hommes participent aux mesures, ils seront soumis à une batterie de tests avant et après l'épreuve, réalisés à l'Ecole Nationale de Ski et d'Alpinisme (ENSA) de Chamonix qui collabore à l'étude. Durant le marathon, les sportifs seront équipés d'appareil de mesures de la fréquence cardiaque et de GPS.

Ils seront appariés en fonction de leur âge et de leur niveau de performance, afin de comparer les perturbations neuromusculaires et biologiques entre les hommes et les femmes. "L'étude sera l'occasion de voir si les femmes, qui ont une capacité respiratoire moindre, résistent mieux ou moins bien à la fatigue induite pas un effort de type ultra-marathon", conclu Guillaume Millet.

Photo : © The North Face® Ultra-Trail du Mont-Blanc® - Fabrice Perrin

En savoir plus