Santé des ados : la France à la traîne

La France obtient des résultats mitigés en matière de bien-être des enfants. Elle occupe la 13e place parmi les 29 "économies les plus avancées du monde", selon un classement établi dans un rapport de l'Unicef rendu public ce mercredi 10 avril 2013.

Rédigé le

Entretien avec le Dr Michèle Barzach, présidente de l'Unicef France

La situation des adolescents et des enfants en France peut encore s'améliorer. C'est ce qui ressort d'une étude comparative menée parle le centre de recherche Innocenti de l'Unicef. Cinq domaines ont ainsi été passés au crible : le bien-être matériel, la santé et la sécurité, l'éducation, les comportements à risques, le logement et l'environnement. La France se situe ainsi au 13e rang parmi 29 autres pays riches.

L'éducation, le point faible de l'Hexagone

Bien que la France excelle dans le domaine de la scolarisation des enfants de 4 à 6 ans, où elle occupe la première place, son système d'enseignement secondaire est largement remis en cause. En effet, elle se positionne en 15e position en matière de réussite scolaire à l'âge de 15 ans. Une performance, constamment en baisse depuis les années 2000. Et une situation qui tend à devenir inquiétante car la France compte le plus d'adolescents de 15 à 19 ans qui ne sont ni à l'école, ni en formation, ni sur le marché du travail.

Des comportements à risque mal maîtrisés

Malgré les nombreuses campagnes prévenant les risques d'une forte consommation d'alcool en France, plus de 10% avouent avoir été ivres au moins deux fois dans leur vie. Il sont 20% à déclarer consommer du cannabis.

En février 2012, les chiffres de l'Observatoire français des drogues et toxicomanies montraient une augmentation de la perception du risque lié au cannabis, à la cocaïne, à l'ecstasy, au tabac ou à l'alcool, sans enregistrer pour autant une baisse des consommations.

Par ailleurs, même si la France se situe en bas de l'échelle, 10% des adolescents souffrent de surpoids (contre 20% pour les Etats-Unis, le Canada et la Grèce). Ce qui pourrait s'accentuer à l'avenir, d'autant que seulement 10% des jeunes déclarent pratiquer une heure d'activité physique modérée ou intense par jour. Les Etats-Unis et l'Irlande sont à l'inverse les seuls pays dont le taux est supérieur à 25%.

En savoir plus