Retrouver son souffle grâce au sport

Que ce soit à cause du tabac ou du surpoids, les difficultés respiratoires sont un véritable handicap. Vite essoufflé, on a tendance à minimiser nos efforts. Notre corps perd alors de sa capacité d’entraînement. La solution : limiter les difficultés respiratoires grâce au sport.

Rédigé le , mis à jour le

Retrouver son souffle grâce au sport

Comment effectuer un test respiratoire ?

Ce test peut être effectué avec un spiromètre. Les malades qui souffrent d'asthme ou de BPCO le connaissent bien. Ce spiromètre sert à mesurer votre capacité respiratoire, mais il est aussi possible de bricoler un spiromètre soi-même.

Afin que chacun d'entre nous puisse déterminer ses capacités respiratoires, il existe un petit test très simple à réaliser chez soi avec une bassine, une bouteille d'eau et un tuyau. Remplissez la bassine et la bouteille d'eau. Renversez la bouteille d'eau à l'intérieur de la bassine. Placez un tuyau à l'intérieur de la bouteille d'eau et faites ressortir à l'extérieur. Prenez une inspiration, puis expirez en soufflant dans le tuyau. En graduant votre bouteille, vous pourrez ainsi déterminer notamment votre capacité respiratoire et apprendre à dissocier la respiration thoracique de la respiration abdominale. Vous pourrez ainsi voir les progrès que vous pourrez faire au fur et à mesure du temps.

 

Comment apprendre à respirer ou corriger notre respiration durant le renforcement musculaire afin de ne pas s'essouffler rapidement ? Renforcement musculaire qui permettra aux personnes qui manquent de souffle de renouer avec l'activité physique…

Placez votre ballon dégonflé dans votre bouche. Mettez-vous en position initiale pour effectuer soit des pompes soit des mouvements de flexion/extension des jambes. Inspirez lorsque vous fléchissez soient les bras soient les jambes suivant l'exercice, expirez en gonflant le ballon lorsque vous revenez en position initiale. L'inspiration se fera essentiellement par le nez l'expiration par la bouche. L'air inspiré par le nez est plus doux que celui qui entre par la bouche. Plus chaud, il est mieux accepté par les poumons. Bien sûr, il serait tout aussi absurde de ne respirer que par le nez. Laissez aussi l'air s'infiltrer par la bouche ; le nez n'est pas assez grand pour capter l'air nécessaire suivant le besoin. La technique qui consiste à souffler bruyamment, en deux temps, n'est pas conseillée. Dans ce cas, vous n'expirez pas assez profondément. Une seule et unique phase d'expiration suffit.

 

Pour les efforts plus longs, la respiration est-elle tout aussi essentielle ?

Peu importe l'effort, sachez débuter votre pratique progressivement afin que votre capacité respiratoire s'adapte. Dans le cas où vous seriez très vite essoufflés, baissez l'intensité de votre effort afin de laisser le temps à votre corps de s'adapter à celui-ci. Si vous êtes sur un effort d'endurance, votre respiration ne devra pas se caler sur vos foulées. Laissez l'inspiration et l'expiration se faire naturellement. Si vous respectez la notion de "progressif", votre respiration se calera d'elle-même. En aucun cas vous ne devez régler votre respiration sur un nombre d'appuis si vous effectuez de la marche, ou d'appuis si vous courez. Pour les efforts qui vont vous demander une poussée continue sur une dizaine de secondes par exemple, l'expiration se fera automatiquement durant la phase de "poussée" (exemple : le rugby). En moyenne, l'expiration durant l'effort sera deux à trois fois plus longue que l'inspiration.


Quelques conseils pour lutter contre la BPCO, mais également pour aider les personnes qui manqueraient de souffle au quotidien ?

Même si cela est plus facile à dire qu'à faire, arrêtez la cigarette. C'est la règle numéro 1. Préférez le vélo à la voiture, les marches à l'ascenseur ! Entraînez votre corps tous les jours pour ne pas tomber dans le piège du canapé. Il est également important de surveiller son poids. Les kilos en trop gênent les mouvements respiratoires et compliquent la respiration.

Enfin, des facteurs extérieurs peuvent gêner la respiration. Le chauffage, l'humidité, la climatisation... peuvent causer des gênes respiratoires.

 

En savoir plus :


Sponsorisé par Ligatus