Lombalgies : principale cause d'incapacité dans le monde

Charges trop lourdes, stress, mauvaises postures ou encore sédentarité... Voici de nombreux facteurs qui mettent à mal notre dos. Selon deux études publiées dans les Annales des maladies rhumatismales du British Medical Journal, les lombalgies sont la principale cause d'incapacité dans le monde et sont à l'origine d'un tiers des invalidités provoquées par le travail. 

Rédigé le , mis à jour le

Lombalgies : principale cause d'incapacité dans le monde
Lombalgies : principale cause d'incapacité dans le monde

Le dos traîne depuis longtemps la réputation d'être le mal du siècle. C'est en rassemblant les statistiques de 187 pays que des chercheurs américains et australiens ont déterminé que 9,4% de la population mondiale, soit 677.168.140 personnes, incluant les enfants, souffrent de lombalgies (douleurs localisées dans le bas du dos). Un résultat qui place ces affections au premier rang des pathologies en termes d'années de vies avec une incapacité. Cette affection est très courante. Elle peut se manifester par une raideur, une sensation de lourdeur, des douleurs diffuses, un lumbago (une douleur vive et aiguë) ou une impression d'instabilité à la marche. Selon l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), dans plus de 90% des cas, après avoir écarté toute anomalie pathologique, l'origine des douleurs n'est pas identifiée.

Incapacité, inaptitude ou invalidité ?

"L'incapacité résulte d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle. Elle peut être provisoire, permanente, totale ou partielle.

"L'inaptitude physique est une incapacité à remplir le contrat de travail. Elle est établie par le médecin du travail, à l'occasion de l'examen de reprise effectué à l'issue des périodes d'arrêt de travail.

"L'invalidité est la perte de la capacité de travail ou de gain mettant la personne hors d'état de se procurer, dans une profession quelconque, un salaire supérieur au tiers de la rémunération normale correspondant à l'emploi occupé avant la date de l'arrêt de travail ayant entraîné l'état d'invalidité. La perte de la capacité de travail ou de gain doit être due à une maladie ou un accident non professionnel."

Source : Agir-mag.com

Lombalgies : de plus en plus de pays sont touchés

Les facteurs de risque sont nombreux. D'ailleurs les auteurs de l'étude publiée dans les Annales des maladies rhumatismales notent que les problèmes de dos augmentent avec l'âge, un phénomène qui devrait aboutir à une forte augmentation des personnes souffrant de lombalgies dans les pays à bas et à moyens revenus au cours des prochaines décennies. Les pays les plus touchés se situent en Europe occidentale, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient alors que les taux les plus bas sont observés en Amérique latine et dans les Caraïbes. Les facteurs personnels peuvent également intervenir, tels que des épisodes de lombalgies dans le passé, une grossesse ou encore une insuffisance musculaire au niveau de la ceinture abdominale ou des muscles lombaires.

Les conditions de travail sont un facteur de risque

Les contraintes physiques liées à une activité professionnelle représentent un véritable danger pour le dos. Selon une étude réalisée à partir des mêmes statistiques, les lombalgies sont à l'origine d'un tiers des invalidités provoquées par le travail. Les agriculteurs et les personnes âgées de 35 à 65 ans figurent parmi les personnes les plus à risques, dans la mesure où elles portent des charges lourdes, travaillent dans des positions "délicates" ou sont soumises à des vibrations.

Les agriculteurs ont ainsi quatre fois plus de risques de souffrir de douleurs lombaires que les personnes travaillant dans d'autres secteurs professionnels.

En France, les lombalgies représentent à elles seules près de 30 millions de journées d'arrêts de travail, soit entre 1 et 2% du PIB. Pour cette raison, plusieurs entreprises prennent les devants. C'est le cas par exemple dans l'aéronautique. Les médecins du travail proposent aux directions des entreprises de mettre en place des postes aménagés pour les salariés qui souffrent de lombalgies. C'est le concept de "cadre vert" développé par l'INRS (Santé et Sécurité au travail), un environnement permettant une reprise du travail des salariés lombalgiques. Ce cadre définit un certain nombre de conditions portant sur les charges lourdes, les atsreintes cardiaques, les postures et les vibarions.

Les postes "cadre vert" sont aussi aménagés pour des pathologies dorsales autres que musculaires et plus invalidantes. Après une crise de lombalgie aiguë, ils sont attribués pendant trois à six mois. C'est le temps nécessaire pour soulager les douleurs du salarié et éviter que les problèmes de dos ne deviennent chroniques.