Mal de dos : les solutions pour soulager un lumbago

Nous sommes nombreux à souffrir du dos. Charges trop lourdes, stress, mauvaises positions, vie sédentaire… chaque jour, nous inclinons notre dos 1 500 à 2 000 fois et si heureusement la plupart du temps tout se passe bien, parfois ça coince !

La rédaction d'Allo Docteurs
La rédaction d'Allo Docteurs
Rédigé le , mis à jour le

Qu'est-ce qu'un lumbago ?

J'ai mal au dos : quelles solutions ?
J'ai mal au dos : quelles solutions ?  —  Le Magazine de la Santé

Le dos est formé en son centre de la colonne vertébrale, ou rachis, qui est l'empilement de 33 vertèbres. Ces vertèbres sont séparées par des disques qui servent d'amortisseurs et sont recouvertes de cartilages. Le cartilage et les disques peuvent être à l'origine de deux maux du dos très fréquents : quand le cartilage s'use, c'est l'arthrose. Et quand le disque fait saillie en arrière et comprime les nerfs, il provoque une sciatique.

Mais le plus souvent, les maux du dos sont liés à un faux mouvement ou une mauvaise posture, qui mettent en jeu une sollicitation excessive des muscles du dos, des ligaments et des tendons. Quand la douleur touche les lombaires, c'est-à-dire le bas du dos, on parle de lombalgie.

Les lombaires correspondent à la partie inférieure de la colonne vertébrale. On en compte 5 sur les 33 vertèbres du rachis. Elles sont séparées les unes des autres par un disque cartilagineux, il limite les frottements entre les surfaces articulaires et sert d'amortisseur. L'empilement des vertèbres forme le canal rachidien. Un conduit qui renferme et protège la moelle épinière. C'est à ce niveau qu'émergent de chaque côté, les nerfs.

La partie lombaire héberge les racines nerveuses destinées aux régions inférieures de l'organisme (comme le nerf sciatique). Cet empilement est maintenu par des ligaments et par les tendons des petits muscles de la colonne. Ce système permet les différents mouvements du dos mais il n'est pas à toute épreuve. Les lombaires sont les vertèbres les plus exposées au mal de dos.

La douleur peut être mécanique, c'est le fameux tour de rein. Il survient brutalement, en général après un effort brusque ou inhabituel. Cet effort peut provoquer des lésions sur les facettes articulaires, sur les disques, les ligaments ou les muscles de la colonne. La douleur entraîne alors une contracture réflexe des muscles du dos, qui bloque tout mouvement.

La douleur peut aussi être d'origine compressive, autrement dit les nerfs au niveau lombaire sont irrités ou subissent une pression. Le plus souvent, c'est à cause d'un disque brisé qui provoque une hernie et va comprimer le nerf. Le lumbago est la cause la plus fréquente de lombalgie aiguë. Il dure en général quelques jours (neuf cas sur dix), mais récidive dans un tiers des cas.

Mal de dos : les bienfaits de la kiné et de l'activité physique

Mal de dos : une activité physique adaptée
Mal de dos : une activité physique adaptée  —  Le Magazine de la Santé

Position de la colonne vertébrale, répartition des forces lors de l'effort, renforcement des muscles du dos... tous ces paramètres sont travaillés lors des séances de kinésithérapie pour soulager un dos devenu douloureux.

En parallèle, une activité physique est aussi une aide précieuse contre le mal de dos, à condition qu'elle soit adaptée à chaque situation personnelle. Car contrairement aux idées reçues, le sport est primordial pour lutter contre le mal de dos et éviter les récidives.

Dans certains établissements de santé, des programmes de réentraînement à l'effort existent. Leur objectif est de comprendre la douleur et d'en sortir grâce à l'activité physique. Etirements, renforcement musculaire, cardio, rééducation sur les gestes de la vie quotidienne, aquabike et balnéothérapie sont au programme.

Infiltrations de cortisone : quand le mal de dos perdure

L'injection a lieu chez le rhumatologue, directement dans les zones douloureuses, sous contrôle radio, après anesthésie locale.
La cortisone est un anti-inflammatoire puissant qui va soulager les douleurs en quelques jours, en abaissant l'inflammation de la zone.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !