Détecter les troubles du rythme cardiaque

Pour se protéger d'un accident vasculaire cérébral (AVC), il est important de prendre son pouls et ainsi repérer un facteur de risque méconnu : l'arythmie cardiaque. Les explications avec le Dr Gérald Kierzek, urgentiste.

Rédigé le

Détecter les troubles du rythme cardiaque - Chronique du Dr Gérald Kierzek, urgentiste, du 3 mars 2015

Nous connaissons les autres facteurs de risque de l'AVC sur lesquels il est possible d'agir : l'hypertension artérielle, l'excès de cholestérol, le diabète, le tabac, la sédentarité, une alimentation trop grasse, sucrée, salée et l'excès d'alcool. Mais l'arythmie cardiaque est aussi un facteur de risque important.

Quel est le lien entre arythmie cardiaque et AVC ?

La fibrillation atriale (FA) est le trouble du rythme le plus fréquent. 750.000 personnes sont touchées en France. En empêchant le coeur de se contracter efficacement, l'arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire (ACFA) entraîne une stagnation du sang et la formation de caillots qui peuvent migrer et venir obstruer un vaisseau cérébral et provoquer un AVC.

Il y a deux types d'AVC : l'AVC hémorragique et l'AVC ischémique. L'arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire est un facteur de risque majeur d'AVC ischémique. Aux Urgences, on le recherche systématiquement et vous pouvez, à la maison, le repérer simplement en prenant votre pouls.

Pourquoi prendre son pouls ?

Prendre son pouls permet de vérifier que les battements de notre coeur sont réguliers comme le tic-tac d'une montre. Si le coeur bat irrégulièrement ou s'emballe, il faut le faire contrôler par un médecin et par un électrocardiogramme. Il peut s'agir d'une fibrillation atriale (ou fibrillation auriculaire) qui multiplie par cinq le risque d'AVC et est responsable des accidents les plus lourds en séquelles.

Comment prendre son pouls ?

On n'enseigne plus la prise du pouls lors des gestes d'urgence (car cela ne sert à rien en cas d'arrêt cardiaque). Pour prendre son pouls, il suffit de poser un ou deux doigts au niveau du cou (pouls carotidien) le long de la trachée ou au niveau du poignet (pouls radial) au niveau du bracelet-montre. Et vous vérifiez la régularité.

Comment soigner un trouble du rythme cardiaque ?

Pour soigner un trouble du rythme cardiaque, il faut :

- Eviter les excitants (alcool, drogues, sports extrêmes…).
- Rechercher sa cause (hypertension, obésité, diabète, hyperthyroïdie, apnée du sommeil).
- Avec un traitement médicamenteux : bien prescrits et bien surveillés, les anticoagulants (AVK anti-vitamines K ou NACOS) fluidifient le sang, ce qui empêche la formation de caillots.

Votre cardiologue peut aussi décider de réduire la fibrillation : soit par médicaments, soit par cardioversion (choc électrique).

Les signes de l'AVC

Dès les premiers signes d'AVC, il faut appeler le 15 et démarrer un traitement pour déboucher l'artère (on parle de thrombolyse). Si possible en moins de quatre heures et demie ce qui limite les risques de séquelles et de décès. En cas de paralysie partielle, d'engourdissement, de trouble de la parole, de la vision..., ou de doute, contactez le 15.

Sponsorisé par Ligatus