Dépistage du cancer de la prostate : remis en cause ?

Que penser de la remise en cause du dépistage du cancer de la prostate ?

Rédigé le , mis à jour le

Dépistage du cancer de la prostate : remis en cause ?

Les réponses avec le Pr. Olivier Cussenot, cancérologue urologue à l'hôpital Tenon (Paris) :

"Le dépistage est remis en cause régulièrement. Il est certain qu'après 65 ans amis à l'échelle d'une population, il n'y a pas de bénéfices réels en terme de mortalité, de réduction de la mortalité. C'est différent avant 65 ans. Là, cela a un véritable intérêt.

"A titre individuel, il y a quand même des formes qui sont plus graves que d'autres et qui évoluent plus vite. Donc faire le diagnostic et le traiter à temps pour ces formes graves, c'est gagner de l'espérance de vie à titre individuel pour les patients.

"La qualité de vie peut être améliorée ou non par le dépistage. C'est aussi un des débats. Il faut savoir que quand on fait du dépistage, on défend cette position puisqu'il y a quand même 10 000 morts par an par cancer de la prostate, donc il n'y a pas de raison de sacrifier ces 10 000 personnes en ne faisant pas de dépistage. Mais on sait quand on fait du dépistage qu'on va trouver des foyers de cancers qui sont fréquemment trouvés chez la population âgée qui ne nécessitent pas forcément un traitement qui imposent des séquelles."

En savoir plus :

Questions/réponses :

* Les réponses avec le Pr. Olivier Cussenot, cancérologue urologue à l'hôpital Tenon (Paris)