Ces produits chimiques qui favorisent le cancer du sein

Des chercheurs nord-américains ont identifié les substances chimiques les plus cancérogènes présentes dans l'environnement quotidien. Les éviter permettrait aux femmes de réduire significativement les risques de cancer du sein. Leurs travaux font l'objet d'une publication dans l'édition du 12 mai de la revue Environmental Health Perspectives.

Rédigé le

Ces produits chimiques qui favorisent le cancer du sein

L'étude établit une liste de "17 substances cancérogènes hautement prioritaires" au vu de leur effet avéré sur les mammifères et du fait que de nombreuses femmes y sont quotidiennement exposées.

Il s'agit de produits chimiques présents dans l'essence, le gasoil et autres substances présentes dans les gaz d'échappement des véhicules, ainsi que des produits d'ignifugation (anti-feu), des textiles antitaches, des dissolvants, des décapants à peinture et des dérivés de désinfectants utilisés dans le traitement de l'eau potable.

"Toutes les femmes aux Etats-Unis sont exposées à des substances chimiques qui pourraient accroître leur risque de cancer du sein, mais malheureusement ce lien est très largement ignoré", commente Julia Brody, directrice générale du Silent Spring Institute (Massachusetts) et co-auteure de l'étude.

"Réduire l'exposition aux produits chimiques toxiques pourrait sauver la vie de nombreuses femmes", estime-t-elle, ajoutant : "quand on parle aux gens de cancer du sein, le risque présenté par les substances chimiques ne leur vient pas à l'esprit le plus souvent". 

Des gestes simples

L'étude aboutit à sept préconisations simples :

  • Limiter autant que possible l'exposition aux émanations d'essence ou de gasoil et aux gaz d'échappement des véhicules.
  • Utiliser une hotte de cuisine en cuisinant et réduire la consommation d'aliments carbonisés (barbecue).
  • Ne pas acheter de meubles (sofa, fauteuils...) contenant de la mousse de polyuréthane et s'assurer qu'ils n'aient pas été traités avec des ignifuges.
  • Eviter les tapis et autres tissus d'ameublement résistants aux taches.
  • Trouver un teinturier qui n'utilise pas de perchloroéthylène ou d'autres solvants.
  • Se procurer un bon filtre à charbon pour filtrer l'eau avant de la consommer.
  • Réduire l'exposition aux substances chimiques contenues dans la poussière de l'habitation en retirant ses chaussures à l'entrée de la maison, et en utilisant un aspirateur doté d'un filtre HEPA à particules.

Une étude importante

Pour Dale Sandler, principal épidémiologiste de l'Institut national américain des sciences de la santé environnementale (NIEHS), "cette recherche examine de façon étendue et approfondie les données toxicologiques et les biomarqueurs concernant le cancer du sein". Elle donne ainsi une "importante source d'informations" pour étudier les liens environnement-cancer, dit-il.

Selon le Dr Ruthann Rudel, directeur de recherche au Silent Spring Institute et co-auteur de ces travaux, "cette recherche offre une feuille de route pour la prévention du cancer du sein en identifiant des produits chimiques hautement prioritaires auxquels les femmes sont le plus communément exposées et montre également comment mesurer cette exposition."

"Ces informations guideront les efforts pour réduire le contact avec ces substances liées au cancer du sein et aideront les chercheurs à étudier comment les femmes sont affectées", ajoute-t-il.