Alzheimer : plus agressive chez les ''jeunes seniors''

La maladie d’Alzheimer progresserait moins vite lorsqu’elle se déclare chez des personnes de plus de 80 ans. L’étude menée par l’Université de Californie a été publiée dans la revue PLoS ONE le 2 août 2012.

Rédigé le

Alzheimer : plus agressive chez les ''jeunes seniors''
Alzheimer : plus agressive chez les ''jeunes seniors''

La maladie d'Alzheimer est la cause de démence la plus fréquente chez les séniors, elle touche 1 % des 65-69 ans et 15 % des plus de 85 ans. En France, selon l’Association France-Alzheimer, 850 000 personnes seraient atteintes.

L’étude de l’Université de Californie a été réalisée sur 723 patients souffrant de la maladie, âgés de 65 à 90 ans. Ils ont été répartis en trois groupe en fonction de leurs symptômes : troubles cognitifs légers, déclin cognitif et démence. Grâce à cette répartition, les chercheurs ont dans un premier temps observé que le taux de déclin cognitif était plus élevé chez les personnes les plus jeunes (entre 65 et 80 ans).

Dans la suite de l’étude, les scientifiques ont utilisés des biomarqueurs permettant de visualiser la maladie dans le cerveau et le liquide céphalo rachidien des participants par imagerie médicale. Là encore, les niveaux de biomarqueurs étaient plus élevés chez les malades les plus jeunes. Ils ont également vu que l’augmentation des lésions dans le cerveau au cours des stades précoces de la maladie d’Alzheimer était plus rapide chez ces individus.

Les chercheurs ont conclu que la maladie avait une vitesse d’évolution moins intense après 80 ans. Ils estiment en outre qu’il est désormais nécessaire de prendre en compte l’âge des patients lors des essais cliniques qui visent à trouver de nouveaux médicaments. En effet, ils sont actuellement réalisés sur des patients très âgés, ce qui pourrait fausser les résultats sur leur capacité à freiner l’évolution de la maladie.

Cependant, l'étude n’explique pas pourquoi le cerveau des personnes âgées de plus de 80 ans réagit ainsi face à la maladie d’Alzheimer. Une des hypothèses invoquée est la combinaison de plusieurs pathologies neurologiques.

Source : "Rates of Decline in Alzheimer Disease Decrease with Age", PLoS ONE, le 2 août 2012. Doi:10.1371/journal.pone.0042325

En savoir plus