1. / Se soigner
  2. / Urgences
  3. / Médecine humanitaire

Un centre humanitaire pour accueillir les migrants

Les camps de fortune qui se font et se défont au fil des démantèlements, c'est le quotidien des personnes migrantes dans la capitale. Pour mettre fin à ce ballet inhumain, un centre de premier accueil a ouvert ses portes le 10 novembre 2016 dans le nord de Paris. Sur place, un poste de soins prend en charge les petites blessures et assure une veille sanitaire.

Rédigé le

Le centre d'urgence dirige les réfugiés vers l'hôpital en cas de maladie grave, d'infection ou pour réaliser des examens approfondis

Peu importe d'où ils viennent ou ce qu'ils ont vécu. Une fois arrivés à Paris, les réfugiés sont reçus par les équipes du Samu social et de Médecins du monde dans le nouveau centre humanitaire du XVIIIe arrondissement parisien. 

À deux pas du périphérique, porte de la Chapelle, un poste de soins prend en charge les petites blessures et assure une veille sanitaire. Chaque nouvel arrivant peut être reçu, entendu, avant d'être réorienté vers des centres adaptés. Une alternative provisoire qui a au moins le mérite d'éviter les séjours prolongés dans la rue.

En attendant de trouver une solution plus pérenne dans un CAO, un centre d'accueil et d'orientation, les personnes migrantes peuvent séjourner quelques jours sur place. Une fierté pour Bruno Morel, directeur général d'Emmaüs Solidarité : "Dix jours après l'ouverture du centre, on a déjà mis à l'abri 700 hommes isolés et 350 personnes ont pu être réorientées vers des centres d'accueil et d'orientation".

Sur le même modèle, d'autres centres humanitaires de premier accueil devraient ouvrir leurs portes ces prochains mois. Le deuxième, attendu à Ivry-sur-Seine (94) en janvier 2017, sera exclusivement destiné aux femmes et aux familles.