1. / Se soigner
  2. / Professions médicales

Comment allez-vous docteur ?

Une enquête conduite auprès du personnel soignant d'un hôpital américain montre que les médecins négligent leur propre santé, continuant souvent à travailler lorsqu'ils sont malades et se protègeant mal. Ces résultats sont-ils transposables en France ? Le Dr Gérald Kierzek nous en parle.

Rédigé le

Comment allez-vous docteur ?

Ne pas mettre en difficulté ses collègues, la volonté d'être là pour ses patients, la crainte d'être mal vu par ses confrères, le souci de la continuité des soins... sont autant de raisons qui poussent tout médecin à ne s'absenter qu'en cas d'extrême urgence. Un principe déontologique universel.

"Il faut qu'on soit là pour nos malades, même si on est malade. C'est notre devoir déontologique de médecin, c'est donc assez universel", commente le Dr Gérald Kierzek.

"Si je ne peux pas prendre ma garde parce que je suis malade, je mets un collègue en difficulté, donc je vais repousser au maximum le moment où je vais m'arrêter."

Les médecins ne font-ils pas attention à leur santé ? 

"Il existe en effet un déni du risque, comme si on était un peu au-dessus, mais il y aussi le déni du risque qui conduit à moins se protéger, à moins se vacciner. Et il y a même parfois le déni des symptômes. 

"Hier matin, par exemple, de garde, j'interviens sur un confrère médecin généraliste qui manifeste les signes d'un infarctus du myocarde. Je l'interroge. Cela faisait déjà plusieurs semaines qu'il avait des douleurs à la poitrine. Ce médécin qui tous les jours donne des conseils de prévention à ses patients, et bien lui les avait négligés."

Medice, cura te ipsum* disaient les Romains ! 

On parle de maladies physiques, mais il n'y a pas que ce problème. Le burn-out ou épuisement professionnel est très important chez les médecins, et cela n'arrive pas qu'aux autres. C'est important d'en parler et de consulter. Le médecin est un patient comme les autres et des consultations spécialisées existent pour le burn-out aussi.

"Quand les médecins disent qu'ils ne vont pas bien, personne ne les écoute... au détriment des patients. Pourtant un médecin (mais un soignant en général) a besoin d'être en forme, en empathie, pour bien soigner. Happy Doctors, Happy patients", conclut le Dr Gérald Kierzek.

*Médecin, guéris-toi toi même

-----
Etude de référence : 
Reasons Why Physicians and Advanced Practice Clinicians Work While Sick: A Mixed-Methods Analysis, JAMA Pediatr. Published online July 06, 2015. doi:10.1001/jamapediatrics.2015.0684

Voir aussi sur Allodocteurs.fr