1. / Se soigner
  2. / Politique santé
  3. / Désert médical

Déserts médicaux : le gouvernement passe à l'action

Marisol Touraine s'attaque aux déserts médicaux. La ministre de la Santé doit en effet dévoiler, ce jeudi 13 décembre 2012, son plan de lutte contre les déserts médicaux dans l'espoir de réussir là où ses prédécesseurs ont échoué…

Rédigé le , mis à jour le

Déserts médicaux : le gouvernement passe à l'action
Déserts médicaux : le gouvernement passe à l'action

Aujourd'hui, bien que la France compte 216 000 médecins - soit deux fois plus qu'il y a trente ans -, de nombreuses campagnes et zones périurbaines connaissent une pénurie de médecins. Face à une situation devenue compliquée et qui risque encore de s'aggraver dans les années à venir avec le départ à la retraite dans les cinq ans à venir d'environ 25 % des médecins généralistes libéraux, le gouvernement a décidé de passer la vitesse supérieure. Et c'est à Scorbé-Clairvaux, une petite commune de la Vienne, que Marisol Touraine dévoilera ce jeudi 13 décembre son remède pour les déserts médicaux.

Marisol Touraine dévoile son plan de lutte contre les déserts médicaux

Réticence des jeunes médecins

S'il est difficile de quantifier le phénomène, on estime que 2 à 3 millions de Français sont touchés par la désertification médicale. Une des principales causes de cette absence de médecins dans des zones rurales ou dans les quartiers défavorisées réside dans le fait que les jeunes médecins rechignent à prendre la relève.

La nouvelle génération de médecins, composée en majorité de femmes (56 %), aspire à exercer en groupes et à travailler dans des structures de groupes à l'hôpital, dans des centres de santé ou dans des maisons de santé pluridisciplinaires (MSP). Journées à rallonge, isolement... ces jeunes médecins, devenus de plus en plus urbains, ne souhaitent plus exercer dans les mêmes conditions que leurs aînés.

L'incitation plutôt que la contrainte

Une des clés pour lutter contre les déserts médicaux est donc d'inciter ces nouveaux médecins à exercer dans les zones rurales ou dans les quartiers à risques sans remettre en cause la liberté d'installation chère aux médecins libéraux.

Pour ce faire Marisol Touraine, la ministre de la Santé, avait donné quelques pistes il y a quelques semaines en proposant notamment un revenu minimum de 4 600 euros brut par mois (soit 55.000 euros par an) aux jeunes médecins généralistes qui iront s'installer dans les déserts médicaux. Une manière de "sécuriser" financièrement l'installation des jeunes médecins dans les zones sous-dotées.

Aujourd'hui de nouvelles mesures devraient être dévoilées par Marisol Touraine, qui annonçait début décembre 2012 à l'Assemblée Nationale que son plan de lutte contre les déserts médicaux serait "global et cohérent".

Le casse-tête des déserts médicaux

Pour la ministre de la Santé, la partie est toutefois loin d'être gagnée. Ses prédécesseurs se sont d'ailleurs souvent cassés les dents sur le sujet. Politique du bâton, mesures contraignantes, aides financières incitatives… de nombreuses tentatives pour lutter contre la désertification médicale ont échoué. Le plan de la ministre de la Santé est donc très attendu.

L'Association des maires de France (AMF) a d'ores et déjà réclamé ce mercredi 12 novembre 2012 la "mise en oeuvre urgente de mesures assurant une couverture médicale de l'ensemble des territoires à des tarifs accessibles".

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :