©RVillalon, Shutterstock

Non, la pompe à venin ne permet pas de se "dévacciner"

Une vidéo antivax qui tourne sur les réseaux sociaux conseille d’utiliser un dispositif antivenin pour empêcher le sérum contre le Covid de se répandre dans le corps. Le Pr Jean-François Saluzzo, expert des vaccins, explique pourquoi c’est impossible.

Lucile Boutillier
Rédigé le , mis à jour le

Les antivaccins veulent éviter l'injection à tout prix. L'influenceur, Michael Vendetta, conseille même en cas de "vaccination forcée" d’utiliser une pompe antivenin pour extraire le sérum entre 5 et 10 minutes après l’injection.

L'idée s'est répandue sur les réseaux sociaux. Sans grande surprise, les défenseurs de l’ivermectine, de l’hydroxychloroquine et les détracteurs du vaccin s'en sont emparés.

A lire aussi : #InfirmierVacciné : sur Twitter, les soignants militent pour la vaccination

Une méthode inefficace

Mais malheureusement pour les personnes qui ont essayé (et heureusement pour l’immunité collective), il n’est pas possible d’aspirer un vaccin de cette façon. 

Le Pr Jean-François Saluzzo, expert en virologie et vaccination auprès de l’OMS, est clair : "C’est n’importe quoi, ça ne sert à rien d’aspirer". 

"Le vaccin n’a rien à voir avec le venin", précise le Pr Saluzzo. En effet, qu’ils aient un fonctionnement à ARN Messager ou une méthode plus classique, les vaccins sont des molécules qui visent les cellules du système immunitaire. Objectif : les préparer à affronter un nouveau virus, le Sars-Cov-2. Rien à voir avec le venin, une molécule qui demeure dans le sang.

A lire aussi : Trafic de faux certificats de vaccination : elle écope d’un an de prison ferme

De nombreux incrédules

Beaucoup d’internautes ont réagi à cette méthode farfelue.

Parmi eux, des médecins ont expliqué qu’un aspivenin n'avait aucune utilité.