Le gypsothérapeute, expert de l'immobilisation
Le gypsothérapeute, expert de l'immobilisation

Gypsothérapeutes : des infirmiers experts de l'immobilisation

Si vous vous êtes cassé un bras ou une jambe, vous avez peut-être déjà croisé un gypsothérapeute. Ces infirmiers confectionnent les immobilisations, en plâtre ou en résine, à l'hôpital.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Leur nom vient du gypse, la pierre qui sert à fabriquer le plâtre. Depuis plusieurs années, les gypsothérapeutes se battent pour une véritable reconnaissance de leur activité et de leurs compétences. 

Gypsothérapeute, un infirmier expert de l'immobilisation

Un de ses patients s’est cassé le poignet il y a trois semaines. Depuis, ses muscles ont fondu et l’immobilisation n’est plus adaptée. Le gypsothérapeute doit donc confectionner un nouveau dispositif en résine. Cela peut paraitre simple mais en réalité, chaque geste compte. Tous les couches doivent être bien placées pour bloquer le poignet tout en étant confortable pour le patient. Ces dernières années, la résine a remplacé le plâtre. Une fois humidifiée, la bande devient rigide pour immobiliser l’avant-bras.  
« Son avantage, c'est que c'est plus costaud, c'est léger. Ça craint moins l’humidité. Son autre avantage c’est que ça sèche assez rapidement, contrairement au plâtre.» explique David Gadal, gypsothérapeute depuis trois ans. Cet infirmier est un expert des immobilisations et son patient, David voit la différence.
 « J'ai l'impression qu'il y a beaucoup plus de soin qui est apporté par quelqu'un qui est formé et professionnel là-dedans que par un chirurgien qui a opéré et fait ça en fin de bloc.»

Gypsothérapeute,  une spécialitée méconnue

Même si elle n’est pas obligatoire, David a choisi de suivre une formation pour occuper ce poste très technique car la moindre erreur peut être délétère pour le patient. Grâce à ses compétences, David peut aussi aider les internes. A partir d’une prescription, il réalise les immobilisations à leur place. Et contrairement aux internes pressés par un rytme de travail soutenu, David dispose de temps pour accompagner le patient.

Les gypsothérapeutes sont donc un atout pour l’hôpital. Mais ils ne sont pas mieux rémunérés que les autres infirmiers.