Image d'illustration.
Image d'illustration. Crédits Photo : © Cipolina / Shutterstock

Billes d’eau : un danger mortel pour les enfants

Les billes d’eau décoratives représentent un danger parfois mortel pour les jeunes enfants, alerte l’Anses. Il est indispensable de les tenir hors de leur portée et d’appeler un centre antipoison en cas d’ingestion.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Elles sont petites, rondes, de toutes les couleurs et ressemblent à des bonbons. Mais attention, les billes d’eau décoratives, ou perles d’eau, constituent un véritable danger pour les jeunes enfants, s’inquiète le 29 juillet l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (Anses).

54 cas d'ingestion en 2018

Et si l’agence alerte aujourd’hui sur ces billes décoratives, c’est parce que "les cas d’ingestion" sont en "augmentation très nette". Quand les centres antipoison comptaient deux cas en 2010, ce chiffre passait à 54 en 2018. La moitié des cas concernaient des enfants de moins de trois ans.

A lire aussi : Les perles d'eau : attention, danger !

Un gonflement dans le tube digestif

Le principal risque vient de leur capacité à gonfler en absorbant une grande quantité d’eau. Car si un jeune enfant ingère une de ces billes avant qu’elle ait atteint sa taille maximale, la bille peut "continuer à gonfler dans le tube digestif et causer une obstruction intestinale, parfois mortelle", explique l’Anses.

Contacter un centre antipoison

Un risque qu’il ne faut pas négliger et qui impose de "tenir ces objets hors de portée (des enfants)" insiste l’Agence qui rappelle : "en cas d’ingestion, même supposée, appelez immédiatement un centre antipoison qui vous donnera les conseils médicaux et la conduite à tenir".

La liste des centres antipoison est disponible à l’adresse centres-antipoison.net

2.000 accidents par jour

Les accidents domestiques, dont les étouffements et les intoxications, restent aujourd’hui en France la première cause de décès chez les jeunes enfants

Chaque jour, 2.000 enfants de moins de six ans sont victimes d’un accident de la vie courante en France.