1. / Maladies
  2. / Sommeil
  3. / Ronflements

Des accessoires pour lutter contre les ronflements

Il fait un bruit de moteur diesel et peut ruiner votre vie de couple... Le ronflement gâche les nuits de millions de Français. Heureusement, divers dispositifs et techniques existent pour y remédier.

Rédigé le , mis à jour le

"Au secours, mon mari ronfle !", chronique de Setti Dali, du 26 février 2018
  • Pourquoi ronfle-t-on ?

Quand on respire par le nez, l'air passe à l'avant ou à l'arrière du voile du palais, et gagne ensuite le pharynx, puis la trachée... Quand on dort, les muscles de la langue et le voile du palais se détendent et s'affaissent. L'air circule mal et fait vibrer les organes. Cette vibration se propage dans la gorge et les cavités nasales.

  • L'orthèse intranasale anti-ronflement

Son principe : glisser un tube dans le nez pour ne plus ronfler. Il s'agit d'un tube en silicone à usage unique, jusqu'à 155 mm de longueur, lubrifié. Il faut l'insérer entièrement dans le nez et le clipser à la narine. Ce dispositif ultra discret est efficace pour les ronfleurs classiques, mais il faut être sûr de ne pas souffrir d'une apnée du sommeil.

L'orthèse intranasale anti-ronflement est actuellement testée à l'hôpital Foch par le Dr Chabolle et les premiers résultats sont bons. Son prix : 30 euros, pour sept nuits jours, dispositif vendu en pharmacie.

Il existe plusieurs modèles d'orthèses mandibulaires, mais le principe reste le même. Pour faire avancer la langue vers l'avant, on avance la mâchoire inférieure jusqu'à 7 mm. Ces orthèses s'achètent en pharmacie, on les trempe dans l'eau chaude puis on les porte comme une gouttière. Comme elles sont thermoformables, elles s'adaptent à votre denture.

Les orthèses mandibulaires ont prouvé leur efficacité, encore faut-il accepter une pression sur la mâchoire. Si cela vous convient, optez à long terme pour un dispositif sur mesure. Mais attention, ces orthèses ne conviennent pas à tous les ronfleurs. Si vous avez des dents qui se déchaussent ou des dents manquantes, il sera quasi impossible de vous faire une orthèse sur mesure.

Derrière un ronflement peut se cacher un problème plus sérieux, le syndrome d'apnées du sommeil par exemple. Environ 10% des ronfleurs arrêtent de respirer pendant leur sommeil, des arrêts de quelques secondes. Seul un médecin ORL est capable de le diagnostiquer et de le soigner. Ces produits ne peuvent pas y remédier, ils ne traitent pas la cause du ronflement, qui est variée : surpoids, tabac, alcool... En revanche, ils peuvent apporter une amélioration, à condition de savoir quel type de ronfleur vous êtes.

Les sprays sont conseillés pour les ronfleurs simples, occasionnels, ceux qui ont le nez bouché ou encombré. On vaporise la gorge ou le nez et cela lubrifie les muqueuses, l'air passe sans trop frotter les organes. Toutefois, ces sprays ont un effet limité dans le temps. Autre solution : les écarteurs nasaux ou les bandelettes. L'un se colle sur le nez, l'autre se place dans les narines pour écarter les ailes du nez. Ils sont efficaces pour augmenter le débit d'air et diminuer le ronflement. Mais ces dispositifs ne sont efficaces que chez les ronfleurs qui respirent par le nez !

  • Le sac à dos anti-ronflement et l'oreiller anti-ronflement

Le sac à dos anti-ronflement se gonfle comme un airbag. S'il est réglable, le sac à dos est plutôt encombrant et pas forcément compatible avec une vie de couple. Plus discret, il y a l'oreiller anti-ronflement. Une bosse au milieu de l'oreiller vous contraint de vous mettre sur le côté, et la tête est légèrement inclinée, attirant la langue vers l'avant. Cette action purement mécanique fonctionne bien, à condition de ne pas souffrir des épaules ou du rachis dorsal.

La bague anti-ronflement est une sorte de mouchard qui réagit au moindre bruit suspect. Le ronfleur reçoit une légère impulsion électrique en cas de ronflement. Encore plus précis, une ceinture électronique truffée de capteurs de position : si vous êtes sur le dos, elle vibre. Vous êtes alors obligé de dormir sur le côté. Cette stimulation non douloureuse est très efficace. Le risque serait de vous réveiller plusieurs fois dans la nuit et d'altérer la qualité de votre phase de sommeil profond, la phase la plus réparatrice.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr