1. / Maladies
  2. / Psychiatrie
  3. / Dépression

Mieux dépister la dépression du post-partum

Pour la plupart des femmes, mettre au monde un enfant est un moment de joie intense. Pour certaines, l’accouchement s’accompagne d’une dépression du post-partum, le baby-blues, qui se manifeste au cours des six premiers mois de vie du bébé. Mais de quoi s’agit-il ? Toutes les femmes sont-elles concernées ?

Rédigé le , mis à jour le

Mieux dépister la dépression du post-partum
Sommaire

Définir la dépression du post-partum

Des causes floues mais des signes visibles. On ne connaît pas exactement les causes de cette dépression, mais les signes sont les mêmes que ceux d'une dépression classique : tristesse, perte d'intérêt et de plaisir, fatigue permanente, troubles du sommeil et de l'appétit, et surtout un sentiment croissant de culpabilité.

Crainte d'être une mauvaise mère. La peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas assumer ce nouveau rôle de mère sont aussi des signes de dépression. Des craintes, qui la plupart du temps ne sont pas exprimées par ces femmes, de peur de passer pour de mauvaises mères.

Tous ces sentiments sont difficiles à vivre pour la mère et son entourage, mais aussi pour le bébé. La dépression peut ainsi compliquer la création d'un lien affectif et rassurant avec son enfant.

Dépister le baby-blues

Si la dépression du post-partum est rarement dépistée, il est toutefois possible d'en identifier les premiers signes au cours de la grossesse.

Une consultation pendant la grossesse. Pour mieux dépister cette dépression, une consultation particulière peut être proposée aux futures mères. Celle-ci est incluse dans les huit séances de préparation à l'accouchement, remboursées par l'Assurance-maladie.

Evaluer l'état psychologique de la jeune maman. L'entretien ne porte pas  sur la santé et le développement du bébé mais sur l'état psychologique de la maman. Les femmes atteintes d'une dépression du post-partum hésitent à demander de l'aide. Or, il existe des psychothérapies efficaces pour lutter contre, et un recours aux antidépresseurs est parfois nécessaire. Dans ce cas, il faut alors arrêter l'allaitement pour éviter de nuire à la santé du bébé.

L'importance du dépistage. Pas considérée comme une maladie, la dépression du post-partum est souvent mal diagnostiquée. Il est nécessaire de sensibiliser les futures mamans afin de dépister celles qui souffrent de ce mal. Plus la dépression est détectée tôt, plus le traitement sera efficace.

 

En savoir plus

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus