1. / Maladies
  2. / Os et articulations
  3. / Moelle osseuse

L'Agence de biomédecine appelle à donner sa moelle osseuse

À l'occasion de la 4ème Journée mondiale du don de moelle osseuse ce samedi 15 septembre 2018, l'établissement public spécialiste de la greffe diffuse un clip rappelant que ce geste, qui peut sauver des vies, ne provoque qu'un petit bleu.

Rédigé le

L'Agence de biomédecine appelle à donner sa moelle osseuse
En dehors de ses frères et soeurs, il existe une chance sur un million de trouver un donneur de moelle osseuse compatible

"Il y a des bleus qui font mal deux minutes et des bleus qui sauvent des vies". Le slogan émane de l'Agence de biomédecine, et témoigne de la volonté des autorités de rassurer la population. Non, le prélèvement de moelle osseuse ne fait pas courir de risque au donneur.

En tout cas, pas plus qu'un choc contre une table basse, contre une poignée de porte ou qu'une légère chute à roller. Autant d'exemples repris dans le clip "#UnBleu" de l'Agence de biomédecine, qui veut, à l'occasion de la Journée mondiale du don de moelle osseuse samedi 15 septembre, dédramatiser ce geste en le comparant avec des situations de la vie quotidienne. "Et il y a des bleus qui sauvent des vies", conclut la voix-off du clip, montrant un jeune homme visiblement en bonne santé en terminant avec son don.

Consciente des "peurs", "parfois excessives", que le don de moelle osseuse suscite, l'Agence de biomédecine explique dans un communiqué qu'elle souhaite "mieux informer le grand public sur ce geste de solidarité". Le site dédié, dondemoelleosseuse.fr, recensait déjà les fausses idées sur le don pour mieux les démonter, dans un souci d'attirer le plus grand nombre de donneurs.

Deux types de prélèvement permettent de donner : par aphérèse (injection sous-cutanée, quatre heures environ) ou par ponction dans les os postérieurs du bassin, ce qui nécessite une hospitalisation de 48 heures. "On ne peut pas choisir son mode de prélèvement", écrit l'Agence de biomédecine : c'est le médecin qui décide du mode adapté au donneur.


"Don de moelle osseuse : mode d'emploi", reportage diffusé le 30 mars 2015

Il existe des prérequis et des contre-indications pour donner : être âgé de 18 à 50 ans et ne pas souffrir d'affections cardiaques, d'hypertension artérielle ou encore de diabète. La liste des conditions à remplir est disponible sur le site dondemoelleosseuse.fr. Un entretien avec un médecin est obligatoire pour permettre au praticien de "déterminer si vous pouvez faire un don de moelle osseuse en toute sécurité pour vous et le patient", explique l'Agence de biomédecine. Une prise de sang doit également être réalisée lors de l'inscription.

Les dons de moelle osseuse permettent de traiter des patients atteints de maladie graves, comme la leucémie ou la drépanocytose. Les cellules hématopoïétiques, formées grâce à la moelle osseuse, produisent les globules rouges et blancs et les plaquettes et sont donc "indispensables à la vie", rappelle le site dondemoelleosseuse.fr.

"Chaque nouveau donneur est précieux", insiste l'Agence de biomédecine, puisqu'il existe "une chance sur un million" de trouver un donneur compatible "hors fratrie". "La greffe de moelle osseuse repose sur la coopération internationale, souligne le Dr Evelyne Marry, Directrice Prélèvement Greffes cellules souches hématopoïétiques à l’Agence de la biomédecine. Aujourd’hui, ce sont plus de trente millions de donneurs qui sont inscrits et mobilisables dans le monde".

En 2017, 18.256 dons ont été réalisés dans le monde et ont permis à de nombreux malades d'être greffés. L'établissement public espère bien attirer de nouveaux donneurs, grâce à ce clip et à sa diffusion sur les réseaux sociaux sous le mot-clé #UnBleu. Recruter davantage de jeunes, en particulier des hommes, est une nécessité. Mais il existe également un autre objectif tout aussi essentiel : celui de diversifier les origines géographiques des personnes qui s'inscrivent sur le registre national des donneurs de moelle osseuse.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus