1. / Maladies
  2. / Maladies rares
  3. / Syndrome de fatigue chronique

Comment diagnostique-t-on un syndrome de fatigue chronique ?

Depuis cinq ans, je suis anormalement fatiguée. Mon médecin traitant ne me propose pas de solution. Vers qui dois-je me tourner ?

Rédigé le , mis à jour le

Comment diagnostique-t-on un syndrome de fatigue chronique ?

Les réponses avec le Pr Jean-Dominique De Korwin, médecin interniste :

"On considère qu'au delà de six mois, on est dans une fatigue chronique qu'il convient d'expliquer. Cela est relativement simple finalement. L'interrogatoire, un examen clinique dépistent 60-70% des causes. Quelques examens simples biologiques (prise de sang, éventuellement imagerie) et en particulier quand on n'a pas de point d'appel (si on a un point d'appel cardiaque, neuromusculaire… on fera des examens spécifiques), font le diagnostic de 90% des fatigues. Concernant les 10% restants, on est face à des fatigues inexpliquées. Dans ce cas, on a des critères très simplifiés depuis 2015 qui permettent assez facilement de diagnostiquer un syndrome de fatigue chronique. Les Américains en ont fait une maladie. En France, nous sommes restés prudents. Il n'y a pas actuellement de cause précise, donc il est un peu prématuré de dire qu'il s'agit d'une maladie et ce n'est pas totalement spécifique.

"Ces critères sont : une fatigue inexpliquée depuis six mois, une fatigue très handicapante, elle est nouvelle, on a une diminution des capacités habituelles physiques, psychologiques notamment dans plus de 50% des cas, cette fatigue n'est pas améliorée par le repos, elle n'est pas déclenchée par des efforts particuliers, le sommeil n'est pas réparateur et enfin il y a le malaise post-effort. Ce malaise ne survient pas pendant l'effort mais à distance de l'effort, ce qui fait penser à un mécanisme immunologique sous-jacent. Les gens font un effort un peu plus important que d'habitude et dans les 24 heures qui suivent, ils sont totalement épuisés, ils ne peuvent pas reproduire cet effort.

"On rajoute également deux autres critères : l'intolérance orthostatique, la personne est mieux assise ou couchée que debout, et les troubles cognitifs. Si une personne de 30-35 ans a du jour au lendemain des problèmes de mémorisation ou de concentration, cela est tout à fait anormal. Quatre de ces cinq critères suffisent pour dire s'il y a un syndrome de fatigue chronique. Les Américains parlent d'intolérance systémique à l'effort."

Sponsorisé par Ligatus