1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Tourista

Pays tropicaux : une personne sur deux revient avec des bactéries multirésistantes

La moitié des voyageurs se rendant dans les pays tropicaux reviennent avec une infection par une bactérie multirésistante. Heureusement, tous ne sont pas malades et dans la très grande majorité des cas l'organisme s'en débarrasse au bout de trois mois.

Rédigé le

Pays tropicaux : une personne sur deux revient avec des bactéries multi-résistantes (Image d'illustration. Crédit cc-by-sa Augustus Binu)

Tout voyageur qui séjourne dans un pays tropical sait qu’il s'expose au risque de ressentir le besoin soudain et impérieux de se rendre aux toilettes ! La faute aux entérobactéries, des bactéries naturellement présentes dans le tube digestif que l'on retrouve dans l’environnement et notamment dans l’eau. Si certaines de ces bactéries sont inoffensives, d’autres peuvent êtres responsables de graves infections et nécessiter la prise d’antibiotiques. Mais dans les régions tropicales, de nombreuses souches sont résistantes à plusieurs antibiotiques, rendant difficile le traitement des maladies.

Lors d’un voyage dans un pays tropical, il est conseillé de :

- Se laver les mains avant les repas et toute manipulation d'aliments. En l'absence d'eau et de savon, utilisez une solution hydroalcoolique.
- Ne consommer que de l'eau en bouteille (décapsulée devant vous) ou rendue potable suite à une ébullition qui doit durer une minute minimum à gros bouillons.
- Refuser les glaçons.
- Eviter les aliments crus (les buffets froids), les fruits pelés, les sorbets et les crèmes glacées.
- Bien cuire les viandes, les poissons et les crustacés.
- Boire sans modération.

Les diarrhées du voyageur sont souvent bénignes et disparaissent spontanément en 1 à 3 jours. Il est important de boire abondamment pour ne pas se déshydrater. Seules les formes sévères nécessitent la prise d'antibiotiques. Une consultation médicale est recommandée systématiquement chez l’enfant âgé de moins de 2 ans.

Face à ce constat, une équipe de chercheurs français s’est penchée sur le risque pour les voyageurs d’être infectés par une bactérie multi-résistante lors d'un voyage dans un pays tropical. Pour ce faire, ils ont analysé les selles de 574 personnes avant et dans les trois jours suivant leur retour.

Une fréquence de contamination différente selon la destination

Ils se sont alors aperçus que la moitié d’entre eux (50,9%) sont revenus avec un à deux types de bactéries résistantes dans l’organisme. La fréquence de contamination était différente selon le pays visité. 72% des voyageurs de retour d’Asie revenaient avec au moins une souche de bactérie multi-résistante, contre 47% pour les voyageurs de retour d'Afrique subsaharienne et 31% d’Amérique latine.

La prise d’antibiotiques favorisait l’acquisition de ces bactéries. En effet, ces médicaments altèrent la flore intestinale qui protège alors moins efficacement contre les bactéries pathogènes. La survenue d’une diarrhée pendant le voyage était également un facteur favorisant.

Heureusement, les voyageurs porteurs de bactéries multi-résistances ne tombent pas forcément malades et n’ont donc pas besoin de consulter leur médecin. Le suivi des participants infectés, grâce à une nouvelle analyse des selles au bout de 1, 2, 3, 6 et 12 mois, a montré que l’organisme de 95 % d’entre eux s’était débarrassé des bactéries intruses au bout de 3 mois.

"Ces résultats indiquent que dans les trois mois suivant le retour de la zone tropicale, si le voyageur a une infection ou qu'il doit être hospitalisé, le médecin doit prendre en compte le risque que comporte ce voyage pour mieux anticiper un éventuel traitement antibiotique ou réaliser des analyses bactériologiques un peu plus poussées", note le Dr Etienne Ruppé, microbiologiste, Hôpital Bichat-Claude Bernard.

Source : High Rate of Acquisition but Short Duration of Carriage of Multidrug-Resistant Enterobacteriaceae After Travel to the Tropics. Etienne Ruppé et al. Clinical Infectious Diseases. Avril 2015. doi: 10.1093/cid/civ333

Voir aussi sur Allodocteurs.fr