1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Sida-VIH

Pakistan : des centaines d’enfants infectés par le VIH, un médecin arrêté

Plus de 400 enfants de la province du Sindh ont contracté le VIH. Un médecin local, accusé de les avoir contaminés avec une seringue souillée, a été arrêté.

Rédigé le

Pakistan : des centaines d’enfants infectés par le VIH, un médecin arrêté
Pakistan : des centaines d’enfants infectés par le VIH, un médecin arrêté

Des centaines de personnes de la province du Sindh, au sud du Pakistan, ont récemment été testées positives au VIH, semble-t-il suite à l'usage répété par un médecin d'une seringue contaminée. Emprisonné dans une cellule délabrée de la ville petite ville de Ratodero, Muzaffar Ghangharo, le médecin mis en cause, nie leur avoir inoculé sciemment le virus.

60% d’enfants de moins de 5 ans

Il y a quelques mois, Fatima Emaan, 16 mois, souffre de fièvre persistante, rapporte le journal The Guardian, sur son site internet. Son père, Syed Shah, l’emmène consulter un médecin à Ratodero. Mais l’état de la fillette ne fait que s’aggraver. Le 1er mars, le couperet tombe : Fatima est attente du VIH : "Ils ont vérifié les résultats trois fois", affirme Syed Shah. Fatima est le premier enfant à avoir été diagnostiqué dans ce qui est devenu une épidémie de VIH dans le district. Depuis, des médecins de la région ont annoncé que le nombre de personnes infectées avait franchi la barre des 500. Au moins 437 d'entre elles sont des enfants, 60% des ces enfants ont moins de cinq ans.

Un "spécialiste des enfants" aux connaissances médicales inconnues

La police a arrêté le "spécialiste des enfants" de Ratodero, Muzaffar Ghangharo, et enquête sur son rôle, notamment pour déterminer s'il a contaminé ces patients intentionnellement ou par imprudence.

Muzaffar Ghangharo, lui même séropositif, a été accusé par au moins dix familles d'avoir traité leurs enfants avec des seringues usagées, a déclaré Sartaj Jhagirani, un officier de police de la ville. Le prévenu clame son innocence. "Il a déclaré à la police qu’il n’avait rien fait intentionnellement. [Mais] quatre enfants sont morts et leurs parents repprochent au médecin de les avoir tués", a déclaré Jhagirani. Le praticien, dont les qualifications médicales sont inconnues, sera présenté au tribunal le 21 mai.

Manque d’information des médecins et du public

Un climat de peur règne dans le district alors que les agents de santé testent jusqu'à 1 000 personnes par jour pour déterminer l'ampleur des infections. Imran Akbar, le médecin de la ville qui a diagnostiqué pour la première fois Fatima, s'attend à ce que le chiffre augmente. "Ces cas ne sont que la partie visible de l'iceberg", a-t-il déclaré.

"Un programme de lutte contre le sida a été mis en place en 1995 dans le Sindh, mais les autorités n’ont donné aucune information sur cette maladie mortelle ni au public ni au médecins, concernant  les mesures de sécurité à prendre" a-t-il ajouté.

La plupart des médecins de la ville n’ont pas de formation et beaucoup pratiquent la médecine traditionnelle. Les maladies sont souvent transmises par la réutilisation de seringues, lors du perçage du nez et des oreilles avec du matériel infecté et par les relations sexuelles non protégées.

Le ministère pakistanais de la Santé a déclaré que 23 000 cas de VIH étaient enregistrés dans le pays.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr