1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

"Pour être réserviste il faut aimer la solidarité"

Depuis le 4 mars, le ministère de la Santé a officiellement fait appel à la réserve sanitaire pour aider les soignants à affronter l’épidémie. Qui sont ces réservistes ? En quoi consiste leur mission exactement ? 

Rédigé le

"Pour être réserviste il faut aimer la solidarité"

Ils sont médecins, infirmiers, mais aussi ergothérapeutes, psychologues ou secrétaires médicaux... La réserve sanitaire concentre tous les métiers de la santé depuis le haut de l’échelle comme les directeurs d’hôpitaux aux aide-soignants en passant par l’agent administratif. 

La réserve sanitaire comptabilise à ce jour :

  • 34 000 professionnels de santé
  • 3 600 sont mobilisables à tout instant

Qui sont les réservistes ?

  • 66% en activité
  • 7% libéraux
  • 11% retraités
  • 4% étudiants
  • 12% sans employeur 

Ils sont libéraux, en activité, au chômage, à la retraite ou étudiants. Ils sont tous volontaires et peuvent être appelés à tout moment pour intervenir rapidement en cas de situation sanitaire exceptionnelle. Seul le ministère de la Santé ou les agences régionales de Santé peuvent la déclencher. Cette réserve est unique en Europe, et a été crée il y a 13 ans, en 2007 pour endiguer l’épidémie de chikungunya aux Antilles.  

Depuis le début de l’épidémie, plus de 300 réservistes ont été mobilisés sur une douzaine de missions en France. Ils surveillent l'état de santé des ressortissants chinois placés en quarantaine en France, ils viennent en renfort sur les plateformes téléphoniques ou dans les hôpitaux, notamment dans les unités de soins ou de réanimation.

13 000 personnes se sont engagées depuis une semaine

C’est le cas du Dr Michel Devoivre, médecin généraliste à la retraite qui revient d’une mission de 8 jours au CHRU de Besançon : “J’étais chargé de recevoir les patients sur lesquels on suspectait un coronavirus. Et on a vu au fil des jours, le nombre de cas positifs augmenter, des cas graves et de nombreux décès. Mais je dois dire que sur place, j’ai été surpris par la solidarité et le dévouement des équipes soignantes qui font face à une situation exceptionnelle”.  

A 70 ans, Michel Devoivre est réserviste depuis 5 ans et a participé à une dizaine de mission. “Mon engagement n’est pas que sur la papier. Pour être réserviste, il faut aimer la solidarité. A chaque mission, c’est le même cénario : beaucoup de belles rencontres et d’humanité. Et je peux vous dire que cela me donne envie à chaque fois de repartir en mission”. 

Depuis le début de l’épidémie, les inscriptions ont explosé. Plus de 13 000 personnes se sont engagés en l’espace d’une semaine. Du jamais vu ! La réserve comptabilise à ce jour 34 000 professionnels de santé, mais seuls 3 600 sont réellement mobilisables, tout de suite, du jour au lendemain. Tous s’engagent pour une durée minimum de 3 ans.  

Voir aussi sur Allodocteurs.fr