1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Covid : Pénurie d’orthophonistes pour la prise en charge des patients

Après un séjour en réanimation, les patients souffrent parfois de problèmes de voix et de déglutition. Une rééducation orthophonique est alors nécessaire. Mais, les orthophonistes peinent à faire face à toutes les demandes des patients Covid.  

Rédigé le

Covid : Pénurie d’orthophonistes pour la prise en charge des patients

Pendant la première vague, Christian, 67 ans, a développé une forme grave du Covid. Il a été plongé dans un coma artificiel pendant 36 jours. L’intubation a abîmé ses cordes vocales. “Avant, pour parler, c’était impossible. J’étais obligé d’écrire sur un papier. C’est la corde vocale qui est toujours bloquée. J’aimerais faire ce que je faisais avant, mais c’est râpé. J’ai l’impression que j’ai laissé la moitié de moi en réa.” 

Les cordes vocales abîmées

Comme Christian, de nombreux patients ont perdu leur voix après de longs séjours en réanimation. C’est au moment de l’intubation que les cordes vocales peuvent être endommagées, quand la sonde passe par la trachée pour aller vers les poumons et distribuer de l’oxygène. Pour retrouver un bon usage de ses cordes vocales, Christian consulte depuis cinq mois une orthophoniste. Au programme, des exercices d’articulation de la voix et de souffle. 

Le délai moyen est d'un an pour consulter un orthophoniste

La prise en charge de ces patients est urgente, pour éviter les séquelles et les risques de fausse route. Les demandes auprès des orthophonistes ne cessent d’augmenter. Problème : le temps d’attente pour avoir un rendez-vous est de plus d’un an.  

Selon Elodie Pascual, vice-présidente de la Fédération Nationale des Orthophonistes, “on est dans un cercle vicieux : on n’est pas assez et on est mal réparti. Toute la profession fait un effort supplémentaire pour recevoir tous les patients Covid. Donc on essaye de jongler avec tous les patients qui arrivent dans certaines régions assez nombreuses.” L’accès aux soins de ces patients est primordial, pour éviter tout risque d’aggravation.