1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Covid : l'OMS arrête finalement ses essais sur l'hydroxychloroquine

Après un premier arrêt, puis une reprise, l’OMS met fin à ses essais cliniques sur l’hydroxychloroquine contre le coronavirus. Elle conclut que cette molécule est inefficace car elle ne réduit pas le taux de mortalité.

Rédigé le

Covid : l'OMS arrête finalement ses essais sur l'hydroxychloroquine
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / George Socka

Nouvel épisode dans le feuilleton de l’hydroxychloroquine. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé le 17 juin arrêter les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine comme traitement potentiel des malades du Covid-19.

"Les preuves internes apportées par l'Essai Solidarity/Discovery, les preuves externes apportées par l'Essai Recovery et les preuves combinées apportées par ces deux essais largement aléatoires, mises ensemble, suggèrent que l'hydroxychloroquine - lorsqu'on la compare avec les traitements habituels des patients hospitalisés pour le Covid-19 - n'a pas pour résultat la réduction de la mortalité de ces patients", a ainsi déclaré la docteure Ana Maria Henao Restrepo, de l'OMS, au cours d'une conférence de presse virtuelle à Genève.

A lire aussi : Covid : un stéroïde réduirait d’un tiers la mortalité pour les formes graves

Un premier arrêt le 26 mai, puis une reprise

Le 4 juin dernier, l’OMS annonçait reprendre ses essais cliniques sur l’hydroxychloroquine après un premier arrêt prononcé le 26 mai. Cette décision faisait suite à la publication d’une étude dans le journal scientifique The Lancet qui affirmait que la molécule était inefficace, voire nocive, dans le cas du Covid-19.

Cette étude a ensuite été retirée du journal, faute de transparence sur l’origine des données utilisées.

Le traitement préventif n’est pas concerné

Malgré cette controverse qui a déclenché un vif débat parmi les scientifiques du monde entier, les études ont continué de dévoiler leurs résultats. C’est le cas de Recovery, l’essai clinique britannique majeur conduit à l’université d’Oxford, qui a conclu le 8 juin que l'hydroxychloroquine n'avait "pas d'effet bénéfique" contre le Covid-19.
"Sur la base de ces analyses et de l'étude des preuves produites (...), après délibérations, il a été conclu que le bras de l'hydroxychloroquine sera retiré de l'Essai Solidarity", a annoncé mercredi la docteure Ana Maria Henao Restrepo.

Elle a toutefois souligné que la décision d'arrêter les essais sur les patients hospitalisés souffrant du Covid-19 ne concernait pas l'usage ou l'évaluation de cette molécule en tant que traitement préventif de la maladie due au nouveau coronavirus.

Usage banni en France et aux Etats-Unis

L’annonce de l’OMS survient deux jours après que les autorités sanitaires américaines ont retiré l'autorisation d'utiliser dans l'urgence la chloroquine et l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, pourtant défendues par le président Donald Trump.

En France, pays du professeur Didier Raoult, fervent défenseur de l’hydroxychloroquine, l’usage de ce médicament contre le Covid-19 a tout de même été banni le 28 mai dernier. L'hydroxychloroquine, commercialisée en France sous le nom de Plaquénil, peut en revanche toujours être prescrite dans le cadre de son Autorisation de Mise sur le Marché, notamment comme traitement de certaines maladies inflammatoires telles que le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr