1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Choléra

Choléra en Algérie : une crise révélatrice de nombreux dysfonctionnements

Une soixantaine de cas confirmés, deux morts : le choléra a fait son retour en Algérie en août. S’il n’est plus présent que dans l’une des six régions initialement concernées, la vigilance reste de mise à l’échelle nationale et internationale.

Rédigé le

Choléra en Algérie : une crise révélatrice de nombreux dysfonctionnements
Vue d'un établissement hospitalier à Boufarik, dans la wilaya de Blida. (source : dsp-blida.dz)

Le ministère de la Santé algérien a annoncé ce 30 août à la presse que "l'épidémie [était] actuellement circonscrite à la wilaya (préfecture) de Blida", un des foyers de l'épidémie, située à une cinquantaine de kilomètres au sud d'Alger. La semaine dernière, le nombre d'hospitalisations liées à des suspicions de coléra aurait été divisé par deux. Plus de la moitié des quelques 200 patients hospitalisés depuis la réapparition du choléra début août sont rentrés chez eux.

Le choléra est une infection intestinale aiguë, provoquée par l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés par un vibrion, qui provoque fortes diarrhées et vomissements. Il peut entraîner une déshydratation sévère et la mort en l'absence de traitement rapide.

Désormais, seul l'hôpital de Boufarik (Blida) accueille encore des patients. Les personnes qui se présentent avec diarrhées aiguës et vomissements – symptômes du choléra, voir encadré – sont immédiatement placés à l’isolement. Des prélèvements biologiques sont envoyés à l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) pour confirmer ou non la présence du vibrion du choléra.

Du côté français, le ministère des Affaires étrangères appellent les voyageurs à "porter une vigilance particulière aux règles d’hygiène et de sécurité afin de se préserver des contaminations digestives ou de contact". Selon le Parisien, la Direction générale de l’aviation civile a enjoint les compagnies aériennes ayant des liaisons directes avec l’Algérie à "désinfecter l’avion" si un passager a été pris de vomissements ou de diarrhées.

Une communication catastrophique

La semaine passée, le quotidien El Watan a fustigé "une gestion chaotique" de la crise par un gouvernement aux abonnés absents depuis l'apparition de la maladie. "Aucun des ministres concernés par cette situation, à savoir celui de la Santé, de l'Intérieur et des Collectivités territoriales, ainsi que celui des Ressources en eaux, n'a daigné s'adresser à la population", s'insurge El Watan.

Le 20 août, le ministère de la Santé et l’IPA avaient publiquement réfuté que les admissions dans les hôpitaux étaient liés au choléra, avant de se rétracter trois jours plus tard. Le 26 août, le ministre de la Santé Mokhtar Hasbellaoui a affirmé que son ministère était "actif depuis le premier jour pour mettre en place une stratégie". Pour justifier l’absence d’annonce officielle avant la fin du mois, il a expliqué que l’on "[ne pouvait] pas annoncer la maladie avant le diagnostic positif. On était dans un cadre de suspicion. Dès qu'on a eu la confirmation on l'a dit."

Pourtant, plusieurs journaux mettent en cause ces annonces. Le média en ligne TSA (Tout sur l'Algérie) indique, citant une source médicale, que "l'Institut Pasteur et le ministère de la Santé étaient au courant de la nature de la maladie au moins dès le lundi 20 août". "Il paraît clair que les autorités étaient au courant [avant le 23 août]", affirme pour sa part le quotidien francophone Liberté, disant être en possession d'une note de huit pages du ministère de la Santé, datée du 22 août et alertant les autorités préfectorales et les structures de santé sur la maladie.

L'hygiène publique en cause

La crise sanitaire s’inscrit dans un contexte de dégradation de certains services publics, parmi lesquels celui associés au ramassage des ordures – comme le dénoncent certains internautes.

Dans la presse, les représentants du parti d’opposition Jil Jadid alimentent cette controverse. "L’hygiène publique qui n’est plus assumée par les autorités tant locales que nationales, l’éducation en général et l’éducation civique en particulier, la gestion de l’eau, de l’exploitation des sources hydriques, de la manipulation des produits phytosanitaires, des médicaments", accusent-ils dans un communiqué.

Psychose autour des melons et des pastèques

Le quotidien arabophone El Khabar estimait la semaine dernière que "le manque d’informations concernant l'origine de la maladie […] a provoqué une phobie chez les Algériens".

De fait, le 30 août, un communiqué de l’IPA avait semé le trouble en mentionnant parmi les vecteurs "suspectés" du choléra "la contamination de fruits, pastèque, melon non lavés ou légumes pouvant être consommés cru […] irrigués par une eau polluée par les matières fécales". Un discours ambigu, qui laissait à tort croire que le consommer la chair d’une pastèque présentait un danger.

Dans l’actuel climat de défiance, les démentis ultérieurs du ministère et de l’Institut Pasteur n’ont pas forcément été entendus.

Aujourd’hui, l’hypothèse privilégiée – mais non confirmée – de l’origine de l’épidémie est une source de la région de Tipasa. Les autorités insistent sur le fait que l’eau du robinet demeure potable.

Le choléra avait totalement disparu d’Algérie en 1996 – la dernière épidémie d'ampleur remontant quant à elle en 1986.

la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus