1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions

Alcool, tabac, cannabis : les comportements changent

Dans son dernier rapport, l'Oberservatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) pointe l'hyperalcoolisation ponctuelle chez les jeunes, la consommation de cannabis la plus élevée d'Europe, l'usage du tabac qui fléchit peu et l'émergence de nouveaux produits de synthèse. Le tabac et l'alcool demeurent les substances les plus consommées en France.

Rédigé le , mis à jour le

Entretien avec Christophe Palle, responsable scientifique de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Le tabac

Malgré les hausses de prix et les restrictions légales (l'interdiction de fumer dans les lieux publics, l'interdiction de la vente aux mineurs...), l'usage du tabac ne fléchit pas depuis dix ans. 13,4 millions de Français fument tous les jours. Si les hommes restent majoritaires le nombre de fumeuses est en augmentation.

L'alcool

Les consommations quotidiennes d'alcool sont en baisse mais de nouveaux comportements d'alcoolisation ponctuelle importante (binge drinking) se développent, en particulier chez les plus jeunes. La moitié des adolescents de 17 ans (53,2%) déclarent avoir bu au moins cinq verres en une même occasion au cours du dernier mois. Les proportions de buveurs à risque chronique (9%) et des buveurs à risque de dépendance (1,2%) chez les 18-75 ans sont en augmentation.

Le cannabis

Ces dernières années, l'usage du cannabis (première substance illicite consommée avec 13,4 millions d’expérimentateurs) s'est stabilisé à un niveau élevé. Environ 1,2 million de Français (11-75 ans) en fument au moins dix fois par mois (usage régulier) et les usagers dans l'année sont 3,8 millions. Plus de quatre jeunes de 17 ans sur dix l'ont expérimenté et c'est chez les plus jeunes (17 et 18-25 ans) que les usagers réguliers sont les plus nombreux : 6,5%.

L'OFDT estime que 5% des jeunes de 17 ans présentent des risques d'usage problématique ou de dépendance, avec deux fois plus de garçons que de filles. La France est l'un des pays de l'Union européenne où la consommation de cannabis dans l'année (chez les 15-64 ans) atteint le niveau le plus élevé. Elle se classe au premier rang pour les élèves de 15-16 ans. Avec près de 122.500 interpellations d'usagers, le cannabis est à l'origine de la plupart des interpellations pour consommation de stupéfiants (90%).

Autres drogues

L'OFDT attire l'attention sur la consommation de médicaments, de psychotropes, dont l'usage est plus féminin que masculin, y compris à l'adolescence. Au total, près de un Français sur cinq (18%) a pris un de ces produits (anxiolytiques, hypnotiques, antidépresseurs...) au cours de l'année, la proportion atteignant un tiers (33%) chez les femmes de 65-74 ans.

Parmi les autres drogues illicites, la cocaïne, deuxième produit illicite le plus consommé chez les adultes, est dix fois moins répandue que le cannabis avec 1,5 million d'expérimentateurs, dont 400.000 usagers dans l'année.

Le pourcentage de consommateurs dans l'année a quadruplé durant les années 2000. Alors que la France apparaissait au début des années 2000 comme relativement peu consommatrice de cocaïne en Europe, sa position a changé. Sous l'effet de la diffusion de cette substance dans l'Hexagone et d'un recul dans les pays les plus consommateurs (Espagne, Royaume-Uni), la France se situe désormais dans une position moyenne.

On assiste enfin à l'émergence de nouveaux produits de synthèse (NPS), souvent moins chers que les drogues "classiques" et accessibles sur Internet - cathinones ou cannabinoïdes de synthèse surtout, comme par exemple la méphédrone ou le Spice - dont plus de 60 ont été détectés en France depuis cinq ans et 73 en Europe en 2012.

Lors de leur apparition, ces produits bénéficient souvent du fait qu'ils ne sont pas inscrits sur la liste des stupéfiants. Il est actuellement difficile d'estimer le nombre d'usagers en France ; ce sont fréquemment des polyusagers s'approvisionnant sur Internet.

Source : "Drogues et addictions données essentielles (2013)", OFDT, 28 mai 2013.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :