1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions
  3. / Alcool, alcoolisme

Alcoolisation foetale : l'Irlande mauvais élève européen

En Irlande, une nouvelle loi pourrait enfin agir sur le syndrome d'alcoolisation foetale, qui touche fortement le pays.

Rédigé le , mis à jour le

"L'Irlande face au syndrome d'alcoolisation foetale", chronique de Géraldine Zamansky, journaliste, du 25 septembre 2018

Cette loi de santé publique doit être votée dans les prochains jours. Elle comprend énormément de mesures relatives à l'alcool pour le rendre moins accessible et améliorer l'information sur ses dangers. Les étiquettes devraient ainsi signaler les risques pour la femme enceinte. Et il y a urgence car dans ce pays célèbre pour ses pubs et sa bière, 82% des femmes auraient bu de l'alcool pendant leur grossesse selon étude de 2014, publiée dans le BMJ. Certaines femmes sont même concernées par le "binge drinking" qui consiste à atteindre l'ivresse rapidement.

A lire aussi : Grossesse et alcool : quand bébé trinque

Des séquelles lourdes et handicapantes

Si la plupart des femmes diminuent leur consommation au fil de la grossesse, les auteurs de l'étude soulignent une situation préoccupante qui touche tous les milieux socio-économiques. Une inquiétude renforcée par une autre étude publiée en 2017 dans la revue JAMA Pediatrics. Il s'agit d'une comparaison internationale qui place l'Irlande sur la troisième marche du terrible podium des pays les plus touchés par le syndrome d'alcoolisation foetale (4,75% des nouveau-nés touchés). La situation est encore plus grave en Afrique du Sud avec plus de 11% des nouveau-nés touchés et en Croatie, avec 5,3%.

Des milliers d'enfants irlandais sont donc concernés par des troubles variables selon l'importance de l'exposition du foetus à l'alcool aux différents stades de son développement. Lorsque les femmes enceintes consomment de l'alcool en grande quantité de manière quotidienne ou épisodique, les conséquences sur la santé et le développement de l'enfant sont irréversibles : retard de croissance, troubles de l'attention et de la mémoire, difficultés à se repérer dans l'espace et le temps...

A lire aussi : Grossesse et alcool : des conséquences dramatiques pour le foetus

Mieux informer les femmes enceintes

La nouvelle loi prévoit notamment une meilleure information des femmes. Une agence sanitaire irlandaise s'est aussi prononcée cette année en faveur d'un dépistage de la consommation d'alcool chez les femmes enceintes. Mais encore faut-il que les professionnels de santé soient convaincus de son importance ! Selon une récente étude réalisée auprès de pédiatres irlandais, 30% d'entre eux n'avaient jamais entendu parler du syndrome d'alcoolisation foetale (SAF). Et un sur six considérait qu'une consommation d'alcool modérée pendant le troisième trimestre de la grossesse était sans risque.

Ces chiffres semblent tout à fait plausibles pour Maggie May. Cette jeune femme de 21 ans, contactée par nos soins, confirme que la plupart des femmes ne connaissent pas le syndrome d'alcoolisation foetale (SAF) et ses dangers. Dans une culture où se retrouver pour "boire un verre" est la principale activité sociale. Selon Maggie, encore aujourd'hui, malgré la sensibilisation à ce syndrome, la plupart des Irlandais ne veulent toujours pas en entendre parler.

Une mobilisation grandissante

Maggie a donc décidé de passer par les réseaux sociaux, sur lesquels elle diffuse des vidéos où elle raconte son parcours avec le plus de solutions possibles pour aider les familles concernées. Maggie ne cache pas les épreuves traversées mais apporte de l'espoir. La jeune femme décrit très bien les aides dont elle a besoin pour compenser les défauts de connexions dans son cerveau. Un savoir qu'elle partage souvent avec des parents en difficulté qui l'appellent directement à travers un groupe de soutien "virtuel". Il s'agit souvent de familles d'accueil, car 50% des enfants pris en charge en Irlande seraient concernés par le syndrome d'alcoolisation foetale, soit environ 3.000 enfants.

Mais Maggie n'est pas seule. David Gerry, lui, a découvert le syndrome en accueillant deux enfants touchés via les services sociaux. David Gerry a fondé une association et tente aujourd'hui de mobiliser la classe politique pour que ce handicap soit reconnu et accompagné comme l'autisme.

Si la situation reste difficile pour ses enfants, David Gerry garde espoir car ils n'ont pas encore passé le cap des 25 ans. Or, comme la maturation du cerveau est ralentie, c'est à ce moment-là qu'arriverait la fin d'une longue adolescence ! Toute la difficulté est de tenir face à cette crise terriblement prolongée.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr