1. / Maladies
  2. / Coeur
  3. / Hypertension artérielle

L'hypertension artérielle sévère exclue du 100%

Médecins et patients ne décolèrent pas après la confirmation par le Conseil d'Etat de la suppression de l'hypertension artérielle sévère de la liste des affections de longue durée.

Rédigé le , mis à jour le

L'hypertension artérielle sévère exclue du 100%
L'hypertension artérielle sévère exclue du 100%

L'hypertension artérielle sévère va être définitivement retirée de la liste des "affections longue durée" (ALD) qui permet la prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale, après une décision du Conseil d'Etat et malgré le recours d'associations de patients.

Cette décision concernerait 4,2 millions de personnes sur les 15 millions de Français hypertendus recensés chaque année. Cette mesure effective depuis un an a fait augmenter les frais médicaux restant à la charge des patients de 30 %.

Le décret du 24 juin 2011 avait supprimé l'hypertension artérielle de la liste des ALD au prétexte que cette maladie était "la seule ALD à constituer un facteur de risque et non une pathologie avérée".

"Cette décision est une bêtise. L'hypertension artérielle sévère touche des populations défavorisées qui ont très peu de moyens pour se soigner. Et comme l'hypertension artérielle sévère nécessite 3 ou 4 médicaments, si on les dérembourse, ces patients abandonneront leur traitement. Seulement ce traitement permet d'éviter des complications lourdes telles que des insuffisances rénales ou des AVC. Cette mesure est incohérente d'un point de vue médical et de santé publique", selon le Pr. Albert Hagège, président de la Fédération française de cardiologie.

Cette décision, contestée par les associations de patients, était prévue dans le budget de la Sécu 2011 et devrait permettre d'économiser 20 millions d'euros, selon le précèdent gouvernement.

"Cette mesure est inégalitaire et les raisons économiques qui ont conduit à cette décision sont infondées. Le traitement de l'hypertension artérielle sévère coûte très peu d'argent. En revanche, les coûts engendrés par les complications liées à l'absence de traitement de l'hypertension artérielle sévère seront très élevés. C'est un très mauvais calcul", s'indigne Marc Paris, porte-parole du CISS, Collectif interassociatif sur la santé.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus