1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / AVC, rupture d'anévrisme

AVC : une méthode de rééducation visuelle innovante

Réapprendre à voir quand on est devenu partiellement aveugle après un accident vasculaire cérébral, l'idée peut paraître saugrenue. C'est pourtant le défi qu'une équipe de la fondation Rothschild à Paris tente de relever depuis des années.

Rédigé le

AVC : une méthode de rééducation visuelle innovante

Malgré les lésions cérébrales, les patients victimes d'un AVC réapprennent à parler et à marcher en stimulant les zones de leur cerveau qui sont indemnes.  Alors tant que les yeux fonctionnent, pourquoi le cerveau ne réapprendrait-il pas à décoder une image ? L'équipe de la fondation Rothschild a déjà aidé plusieurs patients. Actuellement, elle planche sur un logiciel afin de venir en aide aux malades partout en France.

Spécialement conçus pour des patients ayant perdu la vue après un AVC, les exercices proposés ont pour but de stimuler leur cerveau : "L'œil fonctionne toujours. Nous pouvons recevoir des informations visuelles mais le cerveau n'est pas apte à traiter cette information", explique Carla Hassan Azria, neuropsychologue stagiaire.

Les yeux des patients sont parfaitement capables de percevoir les images. Mais après un AVC, les lésions cérébrales apparues dans leur cortex visuel amputent leur champ visuel. Spontanément, leur cerveau n'est plus capable de décoder les informations perçues dans le champ visuel mais grâce à l'entraînement, les progrès sont considérables.

Depuis vingt ans, plus de 600 patients ont pu bénéficier de cette prise en charge si particulière. Pour l'équipe de la Fondation Rothschild, l'enjeu est désormais de permettre à toutes les victimes d'AVC ayant une amputation du champ visuel d'en bénéficier. Elle a pour cela mis au point un logiciel avec des tâches ciblées. "L'idée est de valider l'utilité et l'efficacité des exercices informatisés pour pouvoir délivrer un traitement qui permettra de récupérer la vision après un accident vasculaire cérébral", confie Sylvie Chokron, chef d'unité et neurosychologue. Chaque année, 40.000 personnes subissent une amputation de leur champ visuel après un AVC.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus