Méningite bactérienne : une infection mal connue et pourtant très dangereuse

Dans 10% des cas, les méningites sont fatales, et 20% des survivants garderont des séquelles à vie. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Luana, 2 ans, a été amputée des deux jambes à mi-mollet. Elle a aussi perdu les cinq doigts d’une main après avoir contracté une méningite à méningocoque B. Elle avait 7 mois. 

« Un jour j’ai vu qu’elle ne réagissait pas du tout à ma voix elle était très molle et elle tremblait de tout son corps » raconte Mélanie, sa maman. Une poupée de chiffon, avec sur les jambes, de légères tâches bleutées... 

L’organisme de la petite fille a été infecté par une bactérie appelée méningocoque. Ces tâches  sur son corps révèlent une forme très sévère de septicémie : le purpura fulminans, appelé parfois méningite foudroyante. « C’est une infection qui va concerner tout l’organisme avec une défaillance de tous les organes qui est très brutale, foudroyante » explique le Pr François Dubois.

Une infection difficile à diagnostiquer

L'infection à méningocoque est difficile à détecter, car les premiers signes rappellent souvent un banal syndrome grippal. « Il y a de la fièvre, un enfant qui va moins bien, qui est fatigué, qui peut avoir des douleurs dans les jambes, un petit rhume parfois. Dans les premières heures. Mais souvent, il s’aggrave, avec une altération de l’état général » ajoute le Pr Dubois.

Quand apparaît le purpura, cette lésion spécifique du méningocoque, il s’agit s’une urgence absolue. Les méningites bactériennes laissent souvent de très lourdes séquelles. La plupart du temps, elles sont neurologiques.

Pour prévenir les méningites bactériennes, une seule solution : la vaccination. Depuis 2018, elle est obligatoire pour les méningocoques de type C. Pour les autres, des vaccins existent, mais ils ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie.