Pied du diabétique : quand le diabète se complique...

Il existe diverses complications du diabète, parmi lesquelles "le pied du diabétique", qui concernerait environ 20% des patients atteints de diabète. Dans le service de diabétologie de l'hôpital La Pitié-Salpêtrière, une unité est dédiée à ce problème.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Qu'est-ce que le diabète ?

 Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le diabète.
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le diabète.

Insuffisance rénale, amputations, problèmes dentaires, oculaires ou encore cardiaques… Telles sont les complications du diabète, une maladie insidieuse qui touche 8% de la population mondiale et 5,3% des Français.

Le diabète correspond à un excès de sucre dans le sang. L'organisme ne parvient pas à réguler convenablement son principal "carburant" : le glucose. Quand ce taux dépasse 1,10 g à jeun, on parle d'hyperglycémie. Quand cette hyperglycémie est persistante et qu'elle dépasse 1,26 g, on parle de diabète.

Il existe principalement deux formes de diabète. L'une apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d'insuline, c'est le diabète de type 1 (insulino-dépendant). Il touche les jeunes. L'absence d'insuline empêche l'absorption du glucose et aboutit à l'hyperglycémie persistante. L'autre type de diabète apparaît quand l'insuline est produite, mais que les cellules de l'organisme ne parviennent pas à l'utiliser correctement. Il y a une sorte de résistance de la part des cellules, ce qui limite l'absorption du glucose qui reste donc en excès dans le sang. C'est le diabète de type 2 (insulino-résistant), il apparaît plutôt chez l'adulte.

Dans les deux cas, le taux de sucre est si élevé, qu'une partie se retrouve éliminée dans les urines. La fréquence des mictions augmente alors. Du coup, la personne a constamment soif et boit pour compenser la perte hydrique. La fatigue et la faim sont aussi des signes fréquents. Dans le diabète de type 1, ces signes sont souvent associés à une perte de poids.

De plus, le sucre attaque aussi bien les vaisseaux que les nerfs. Les hyperglycémies répétées, prolongées, et le déséquilibre du diabète provoquent différentes complications qui peuvent atteindre les yeux, les pieds, les reins, le coeur et les dents.

Pied du diabétique : des plaies à traiter d'urgence

Le diabète peut entraîner une perte de sensibilité au niveau des pieds. Résultat : les plaies potentielles sont indolores et sujettes aux infections. Des infections pouvant aller jusqu'à la gangrène et entraîner une amputation. Entre 9.000 et 10.000 diabétiques doivent subir chaque année l'amputation d'un orteil ou d'un membre entier.

Pour éviter de telles complications, il existe des consultations spécialisées qui proposent des prises en charge adaptées. Avant de plâtrer, on propose généralement aux patients de porter des chaussures de décharge. Il s'agit de chaussures thérapeutiques avec une absence d'appui au niveau de la plaie.

Pied du diabétique : des ateliers pour informer les malades

Des ateliers où des diabétiques recoivent des conseils de prévention d'une podologue.
Des ateliers où des diabétiques recoivent des conseils de prévention d'une podologue.

Les lésions aux membres inférieurs sont l'une des complications du diabète, et peuvent mener jusqu'à l'amputation dans les cas les plus graves. 5 à 10% des diabétiques seront amputés si des mesures de prévention ne sont pas mis en place.

Mais un bon suivi peut tout changer. Comme dans des ateliers, où des diabétiques recoivent les conseils de prévention d'une podologue.

Scruter ses pieds tous les jours, c'est une règle de base que tous les diabétiques doivent intégrer. Il est d'ailleurs conseillé aux diabétiques de consulter leur podologue au moins une fois par an. Surveillance, soins… pour garder des pieds sains la marche à suivre est longue. Deux complications possibles du diabète : une mauvaise cicatrisation et une perte de sensibilité dans les membres inférieurs. Le risque est de ne pas repérer une blessure et la laisser s'infecter.

Pour éviter tous ces risques, les diabétiques doivent régulièrement hydrater leurs pieds. Des pieds qui ne sont pas toujours au centre des préoccupations des diabétiques dont le traitement est déjà lourd et contraignant.

Autre point fondamental : choisir des chaussures avec soin. Elles doivent être de bonne qualité, de préférence en cuir, adaptées à la forme du pied et sans rien qui puisse blesser.

Sans toutes ces précautions, un diabétique peut ignorer longtemps une blessure qui peut alors se transformer en grave infection en moins de trois semaines comme l'explique Caroline Vidal, podologue : "L'os est infecté lui aussi, l'infection a proliféré au niveau de l'os, et parfois malheureusement on n'arrive pas à sauver le pied et on est obligé de faire une amputation".

Selon les spécialistes, 50% des amputations causées par le diabète pourraient être évitées grâce à une meilleure information des patients.

Les technologies au secours du pied diabétique

En mars 2022, la société francophone du diabète a détaillé lors d'un congrès les nouvelles approches pour prévenir ou soigner les plaies du pied diabétique (1 à 2 patients diabétiques sur 10 développent une plaie au cours de leur vie d'après Medscape). 

Les dispositifs connectés peuvent apporter leur technique : un tapis connecté (smart mat), qui en mesurant la température prédit la survenue d'une plaie dans les 40 jours, ou des semelles connectées qui mesurent les pressions des plaies (favorisant la survenue d'une plaie).

Certaines molécules sont particulièrement intéressantes car elles diminuent le risque d'ischémie des membres inférieurs (baisse de l'apport en oxygène, qui favorise le risque d'amputation). Il s'agit de l'anti PCSK9, indiquée pour les patients à risque podologique, ou le rivaroxaban.

Enfin, de nouvelles thérapeutiques sont mises en place pour favoriser la cicatrisation d'une plaie, comme les "patchs multicouches cellulaires" (lecuopatch), qui ont montré une réduction du temps de cicatrisation, ou les pansements avec une matrice "TLC-NOSF, déjà disponibles dans les services de diabétologie (source des 4 paragraphes : medscape).