Autisme : une plateforme spécialisée pour une prise en charge précoce

La stratégie nationale pour l’autisme a été lancée en 2018 par le gouvernement. Depuis, des plateformes de coordination et d’orientation, destinées aux enfants de 0 à 6 ans, ont été mises en place sur tout le territoire. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Pour l’instant il existe 63 plateformes spécialisées. 37 nouvelles structures devraient ouvrir d’ici 2022. L’objectif est de proposer aux familles un diagnostic et des soins le plus vite possible. Car entre 0 et 6 ans, la plasticité cérébrale des enfants permet, si un travail est débuté assez tôt, de réaliser de grands progrès.

Faciliter le diagnostic

Zola, 6 ans, est suivie par une pédiatre de Villefranche-sur-Saône dans le Rhône. Des troubles du comportement importants ont alerté ses parents. 

« Pour Zola, on a su très tôt que ça n’allait pas, à l’arrivée de son frère vers 18/19 mois, et bon on se dit toujours elle va grandir, avec le temps ça va s’arranger, raconte Amélie Coehlo. Et en fait non, on se rend compte qu’après à l’école ça ne suit pas toujours. Elle est trop brusque, elle ne fait pas attention aux autres, elle se précipite pour dire ses petits problèmes avant de dire bonjour, elle n'a pas trop les codes sociaux. » 

Ces symptômes peuvent signifier un trouble du neurodéveloppement. Seulement, le diagnostic est difficile à établir : une nouvelle grille d’évaluation est donc proposée aux médecins afin de repérer les signes précurseurs.  

Le Dr Amélie Vintéjoux-Jeannot explique : « Ce qui est difficile c’est que les enfants porteurs de troubles du neuro développement, c’est que un panel très large d’enfants avec des symptômes et une intensité de symptôme qui est en fait très variable en fonction des enfants. Là , on a des grilles bien précises en fonction de l’âge des enfants. et donc ça c’est la grille de repérage qui est disponible à tout le monde, et qui permet éventuellement de solliciter la plateforme. »  

À lire aussi : "Autisme : sur le chemin de l'autonomie"

Des soins remboursés

Dans le cas de Zola, sa pédiatre a saisi la plateforme de coordination et d’orientation pour réaliser des tests complémentaires. Une fois un diagnostic posé, un accompagnement personnalisé est proposé aux familles. 

« Cette plateforme c’est un parcours d’un an qui est renouvelable 6 mois, explique Charlène Faleme-Joly, directrice du Pôle Petite Enfance à l’AGIVR, Beaujolais Val de Saône Handicap. L’objectif c’est de porter à la place de la famille les rouages administratifs, et puis de financer, c’est transparent pour les familles, d’avoir ces bilans et ces soins gratuits. »

Ces soins, assurés par les professionnels de santé du secteur, ne sont normalement pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Grâce à la plateforme, Adam, atteint d’un TSA, un trouble du spectre de l’autisme, peut bénéficier de séances de psychomotricité. 45 minutes de jeu, chaque semaine, vont permettre au garçon de 4 ans de progresser sur son comportement.

À lire aussi : "Autisme : les bienfaits de la musicothérapie" 

5.000 enfants déjà pris en charge

« Pour les enfants qui ont un TSA la psychomotricité, explique Mélanie Petit, psychomotricienne, ça va travailler de manière très globale, à la fois pour stimuler des compétences qui seraient un peu fragiles, mais à la fois de manière très globale pour travailler au niveau de la relation, des capacités au niveau affectif. On va leur apprendre, enfin essayer de leur apprendre, à décoder comprendre, repérer et puis exprimer leurs sensations et puis leurs émotions. »

Comme Adam, plus de 5000 enfants ont pu bénéficier d’une prise en charge de soins grâce aux plateformes de coordination et d’orientation.  

À lire aussi : " Autisme et Asperger : en finir avec les préjugés"