Les antibiotiques, encore trop automatiques ?

Selon un rapport de Santé publique France, les prescriptions d'antibiotiques sont en hausse, en particulier chez les enfants. Or l'abus d'antibiotiques a des conséquences.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le
Les antibiotiques, c'est toujours pas automatique !
Les antibiotiques, c'est toujours pas automatique !  —  Le Mag de la Santé - France 5

Après une baisse continue de la consommation d'antibiotiques depuis dix ans, le dernier rapport de Santé publique France laisse voir une hausse. L'agence a lancé une nouvelle campagne pour rappeler les bons usages des antibiotiques et sensibiliser sur les risques. 

Les chiffres de 2021 tranchent d'autant plus que l'année précédente, 2020, a été marquée par une baisse drastique des prescriptions et consommations d'antibiotiques, en raison des confinements et donc la baisse des consultations. 

À lire aussi : Chlamydia, syphilis... : la prise d'un antibiotique après un rapport sexuel protège-t-elle des IST ?

Les enfants particulièrement concernés

Un nombre interpelle : celui des enfants. Si le nombre de prescriptions était inférieur à 1 000 pour 1 000 habitants en 2020 chez les 0-4 ans, il a dépassé les 1 200 en 2021. Cela s'explique par l'abandon des gestes barrières et le retour des maladies hivernales, après l'épidémie de Covid-19 qui a monopolisé l'hiver en 2020. 

Or si les antibiotiques sont utiles uniquement dans le cas d'une maladie provoquée par une bactérie, ils n'ont aucun effet sur les virus. Pourtant, de nombreux médecins prescrivent directement des antibiotiques sans vérifier l'origine d'une angine, par exemple.

Quels sont les dangers ?

Mais l'excès de consommation d'antibiotiques amène deux problématiques. Tout d'abord, il peut mener à ce que l'on appelle l'antibiorésistance, c'est-à-dire la résistance des bactéries aux antibiotiques. Les antibiotiques n'ont alors plus aucun effet sur ces bactéries. Les conséquences peuvent être graves, voire mortelles, principalement pour les personnes âgées et les enfants de moins d'un an.

Autre problème : la consommation excessive peut modifier le microbiote, et ainsi, perturber son bon fonctionnement, pouvant aboutir à des maladies chroniques

Une nouvelle campagne pour sensibiliser

Hasard du calendrier, Santé publique France, en collaboration avec l'Assurance maladie, vient de lancer une campagne. 20 ans après le slogan mythique : "Les antibiotiques, c'est pas automatique", le mantra est désormais : "Les antibiotiques, bien se soigner, c'est d'abord bien les utiliser". 

Ainsi, les affiches représentent une fillette avec l'inscription : "Emma peut vous le confirmer, les antibiotiques, ça ne marche pas contre son angine" ou bien un homme avec le slogan décliné : "Thierry peut vous le confirmer, les antibiotiques, ça ne marche pas contre sa grippe". L'objectif est de rappeler l'inutilité des antibiotiques dans certaines maladies pour en diminuer durablement le recours.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !