Le monoxyde d'azote, une piste pour protéger le cerveau des prématurés

L'administration de monoxyde d'azote à la naissance pourrait réduire le risque de troubles cognitifs et sensoriels chez les enfants prématurés. C'est le pari de chercheurs français qui lancent un essai clinique. Reportage.

Géraldine Zamansky
Rédigé le
REPORTAGE prémas traitement essai
Un traitement à l'essai chez les prématurésREPORTAGE prémas traitement essai  —  Le Mag de la Santé - France 5

Comment améliorer l'avenir des enfants nés prématurés ? La mise au point d'un nouveau traitement d'une maladie rare a d'abord permis de sauver des souris, avant d'offrir un nouvel espoir pour réduire le risque de troubles cognitifs et sensoriels chez les bébés nés avant terme. 

La maladie rare en question se traduit par un dérèglement de ce qui est appelé la mini puberté, un processus qui survient juste après la naissance.  

Faire respirer du monoxyde d'azote

"On a découvert qu'il y a une molécule clé pendant la mini puberté, qui s'appelle le monoxyde d'azote, qui peut agir pour contrôler cette période", explique la Docteure Konstantina Chachlaki, chercheuse à l'Inserm et à l'Institut de recherche universitaire d’Athènes.     

En étudiant des souris malades, l’équipe a vu plus précisément qu’elles ne produisaient pas assez de monoxyde d’azote. Ils en ont donc fait respirer, dès la naissance, à des souriceaux atteints.   

"Chez ces souris qui ont eu le traitement pendant leurs premiers jours de vie, à l'âge adulte, on a évité différentes maladies qui étaient liées à cette déficience initiale du monoxyde d'azote"
, précise la Dre Konstantina Chachlaki.  

La naissance d'un espoir pour les prématurés

En évitant la mini puberté anormale, le traitement a empêché ses conséquences habituelles sur le développement du cerveau. Or, ce laboratoire de l’Inserm est situé sur le site du CHU de Lille, à quelques minutes à pied de la maternité.

Quand les chercheurs ont parlé de leur découverte à leurs collègues pédiatres, un espoir est né. Les enfants nés prématurés ont aussi une mini puberté déréglée. "La mini puberté ne se fait pas chez les prématurés comme chez le bébé à terme. Elle vient impacter le neurodéveloppement", explique le Dr Kevin Le Duc, pédiatre néonatologue au CHU de Lille.

"Si on met en place des traitements qui peuvent réguler cette mini puberté, on va peut-être améliorer le devenir de ces enfants. Ce sont les troubles du spectre des dys, tout ce qui est dysphonie, dyspraxie, ainsi que les capacités d'apprentissage"
, précise-t-il.

Démocratiser l'utilisation du monoxyde d'azote

La piste du traitement par monoxyde d’azote va pouvoir être évaluée rapidement. Ce service s'en sert déjà pour traiter certaines détresses respiratoires à la naissance. Comme celle du petit Wassim, né avec plus de dix semaines d’avance. C’était il y a 15 jours, et il va déjà beaucoup mieux. 

L’effet du traitement sur la mini puberté et ses conséquences pourra être évalué dans le cadre du suivi normal des prématurés sans aucune prise de sang ni examen supplémentaire… Il suffira d’ajouter des analyses au laboratoire.  

"Ce qu'on peut espérer de l'étude, s'il y a un vrai impact sur la mini puberté avec un bénéfice sur le neurodéveloppement, c'est de démocratiser son utilisation chez tous les bébés qui naissent prématurément en utilisation de routine", conclut le Dr Kevin Le Duc. Une piste pour faciliter la vie de tous les enfants nés prématurés.      

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !