1. / Insolite

Ne faites pas n’importe quoi avec vos organes génitaux !

Pour l’été, la rédaction d’Allodocteurs.fr vous a compilé ses insolites les plus surprenants. Attention, ça pique.

Rédigé le , mis à jour le

Ne faites pas n’importe quoi avec vos organes génitaux !
© Fotolia

Nos plus fidèles lecteurs le savent, notre rédaction a un petit faible pour les histoires médicales insolites... Surtout quand elles sont grivoises. Pour vous détendre sur la plage – mais aussi pour vous rappeler de prendre soin de votre intimité – nous avons regroupé nos anecdotes les plus croustillantes.

Passion haltérophilie

Septembre 2017, les pompiers de Worms, près de Francfort, sont appelés en renfort à l’hôpital. Sur place, ils découvrent qu’un homme a coincé ses testicules dans un haltère de 2,5 kg. À l’aide d’une scie et au bout de trois heures de travail, ils réussissent à libérer les parties intimes du sportif. Après leur intervention, dans un post Facebook, ils ont tenu à mettre en garde contre les dangers insoupçonnés de l’haltérophilie : à tous ceux qui seraient tentés par l’expérience, ne reproduisez surtout pas cela chez vous !

Retirer les godemichés, toute une histoire...

Septembre 2018, le BMJ Case Reports publie une étonnante étude de cas, repérée par notre journaliste scientifique Florian Gouthière. Un Milanais de 31 ans s’est présenté aux urgences de Niguarda après s’être introduit un godemiché de 60 centimètres dans le rectum, et n’a pas réussi à l’extraire. Problème : du fait du diamètre de l’objet, de son volume et de sa rigidité, les tentatives des urgentistes (pince d’extraction de polypes, pince à biopsies…) sont elles aussi infructueuses. Un médecin a alors une idée de génie : insérer un fil dans un cathéter de manière à créer un nœud coulant. L’idée étant d’enserrer le godemiché dans ce lasso, puis de le guider vers la sortie. Une réussite immédiate. Un MacGyver des temps modernes, en somme.

Ils se disputent, elle lui coupe le pénis

Mai 2012, une querelle de couple dérape, et une femme de 45 ans mutile le pénis de son compagnon trentenaire. L'homme est transporté en urgence chez l’urologue, qui tente de rattacher la partie sectionnée. D'après le Pr François Haab du service d'urologie de l'hôpital Tenon, à Paris, "on peut techniquement recoudre et revasculariser le corps caverneux du pénis, comme raccommoder l'urètre. Il suffit de suturer les artères. Mais même si c'est faisable, rien ne permet de confirmer la récupération de la fonction érectile". On ne le rappellera jamais assez : couper un sexe n’est jamais une bonne idée.

Les dangers insoupçonnés de l’aubergine

Avril 2018, la revue Case Reports in Gastroenterology annonce qu’un Japonais de 66 ans a consulté pour des douleurs au niveau du rectum. Après examen, les médecins y découvrent une aubergine de 20 cm. Saoul, il se l’était fait insérer par un ami. Une dizaine de spécialistes se relaient pour tenter d’extraire le légume de manière naturelle, sous endoscopie et sans anesthésie. Ils s’emparent finalement de l'objet grâce à une anse à polypectomie, sans blesser le patient : celui-ci ne présente pas de signe d’hémorragie ou de perforation intestinale. "Dans 90% des cas, le patient n'a rien. Certains ont même inventé leur propre système pour retirer les objets", réagissait à l’époque le Dr Anthony Chauvin, médecin urgentiste.

La légende du sextoy perdu

Juin 2014, le Journal of Sexual Medicine publie un cas d’étude inédit : un sextoy oublié dans un vagin pendant dix ans. Une Écossaise de 38 ans se rend à l’hôpital pour des tremblements intempestifs, de l’incontinence urinaire et une importante perte de poids. Après plusieurs examens, les médecins découvrent un sextoy de 12 cm dans son vagin. L'objet a provoqué de graves lésions, qui auraient pu être fatales. Il a en effet percé une paroi vaginale, entraînant un écoulement de l'urine dans le vagin. La jeune femme est également atteinte d'une uropathie obstructive. Celle-ci se souvient alors avoir utilisé un sextoy lors d'une relation avec son partenaire dix ans plus tôt. La soirée ayant été plutôt alcoolisée, elle n’en avait gardé que peu de souvenirs, et pensait l’avoir retiré. Fort heureusement, l’aventurière à la mémoire courte a pu rentrer chez elle saine et sauve.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr