En Afrique, le diabète gagne du terrain

Une analyse de l'OMS révèle que près de 20% d'Africains qui meurent des suites du Covid-19 sont diabétiques. Le continent devrait connaître une forte augmentation du nombre de cas de diabète d'ici 2045.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Les Africains atteints de diabète sont plus vulnérables au Covid-19
Les Africains atteints de diabète sont plus vulnérables au Covid-19  —  OMS

La situation est urgente ! À travers toute l'Afrique, le diabète gagne du terrain et les prévisions sont extrêmement préoccupantes. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le continent africain devrait passer de 24 millions de cas en 2021 à 55 millions en 2045. Pire, l'organisme estime qu'actuellement 70% des diabétiques en Afrique ne sait pas... qu'ils sont malades. 

Alors que toute l'Afrique assiste à une hausse de l'incidence du diabète de type 2, cette situation est souvent attribuée à une mauvaise alimentation et à des modes de vie de plus en plus sédentaires. Sur le continent africain, cette maladie reste socialement handicapante. Les diabétiques sont ainsi victimes du manque de structures adaptées sur le continent et de l'absence de programmes nationaux.

L'an dernier, l'OMS estimait que 18,3 % des décès dus au Covid-19 en Afrique étaient liés à cette maladie chronique. 

A lire aussi : Diabète : pourquoi il faut varier les zones d’injection d’insuline

"Une épidémie de diabète en Afrique"

Le diabète altère la capacité de l'organisme à produire ou à utiliser l'insuline, une substance essentielle pour empêcher une augmentation dangereuse du taux de sucre dans le sang. La maladie provoque une inflammation et une mauvaise circulation sanguine, qui accentuent les risques de complications liées au Covid-19, dont le risque de décès. 

"Le taux de létalité de la Covid-19 est de 10,2 % chez les patients diabétiques, contre 2,5 % pour l'ensemble des patients atteints de Covid-19", explique l'organisation dans un communiqué. 

Pour lutter contre cette maladie silencieuse, "les responsables de la santé en Afrique devraient tirer parti de la disponibilité croissante de tests de diagnostic rapide à faible coût pour tester systématiquement les patients dans les centres de prise en charge du diabète afin de garantir une détection précoce de cette maladie et des soins appropriés", explique le Dr Benido Impouma, directeur du groupe organique Couverture sanitaire universelle/Maladies transmissibles et non transmissibles au Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique.  

Un article à retrouver sur Allodocteurs Africa