Des classes dédiées aux enfants à haut potentiel intellectuel

Pour répondre aux besoins spécifiques des enfants à haut potentiel intellectuel, certains établissements ont crée des classes adaptées pour ces élèves. Reportage dans un collège de la région parisienne.

Marie Guyot
Rédigé le , mis à jour le
Enfants à haut potentiel intellectuel  —  Magazine de la Santé

Ces élèves de 11 ans, en sixième, ne cessent de surprendre leur professeur principal. Ils sont érudits, vifs, curieux et ont tous un "haut potentiel intellectuel". 

Une classe spéciale

"Cela m’arrive qu'un élève rajoute quelque chose ou me corrige sur tel ou tel détail d'un récit mythologique. Je lui dis qu'il a sans doute raison donc je vais vérifier. Il faut accepter, que, parfois, ils savent plus de choses et ils nous étonnent", explique François Bonnelle, professeur d’arts plastiques, Institut Le Bon Sauveur.

"Souvent les gens ont tendance à penser qu’on est ultra intelligents. Ce n’est pas forcément vrai, on est comme les autres, c’est juste que quelquefois on ne réfléchit pas de la même manière et voilà...", explique Marguerite.

"On réfléchit peut-être plus vite. On va essayer de trouver des détails que quelqu’un d’autre n’aurait peut-être pas cherché à trouver", ajoute Achille.

Ici, les enfants "intellectuellement précoces" sont réunis dans une classe spéciale qui répond à leur soif d’apprendre. A côté du programme classique de l’éducation nationale, il leur est proposé des sorties culturelles et des ateliers. 

Enseignement approfondi et pédagogie adaptée

"Avant c’était une vraie torture pour moi l’école, je m’ennuyais beaucoup, j’avais l’impression de perdre ma journée. Je détestais ça. Maintenant on apprend des choses, c’est très intéressant", confie Maxime.

"On m’a fait sauter une classe, ensuite ça allait déjà mieux. Mes anciens amis de cette classe se sont mis à se moquer de moi, à me traiter d’intello. Ici, je m’entends avec tout le monde, il n'y a pas de problème. On travaille sur des choses qu'on n’aurait peut-être pas fait sans être dans cette classe", explique Achille. 

"François Bonnelle confie : "C’est vrai que pour ces enfants-là particulièrement, le cadre scolaire n’est pas toujours quelque chose qu’ils vivent bien. Les journées paraissent longues et lorsqu’on arrive à casser un peu ce cadre, à travailler autrement, on renouvelle un peu leur intérêt et on suscite cette curiosité, ce plaisir, car c'est une envie d’apprendre".

Réintégration dans une classes traditionnelle

Cette classe spécialisée se poursuit en 5e, car le début du collège est un moment de grande fragilité pour les enfants à haut potentiel.  

"Nous voulions éviter le désamour de l’école, des orientations vers des filières professionnelles vers lesquelles ils n’avaient aucune appétence. Chez les jeunes filles, en particulier, même si aujourd’hui ça peut toucher aussi les garçons, des difficultés de troubles alimentaires ou de dépression à l’âge de l’adolescence", explique Patricia Garnier, chef de l'établissement de l'Institut Le bon sauveur.

A partir de la quatrième, ces enfants seront progressivement réintégrés aux classes traditionnelles, afin de leur permettre de poursuivre le lycée comme tout adolescent. 

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !