Covid : Comment la chasse au variant Omicron s'organise en Afrique ?

Alors que quatre pays du continent sont officiellement touchés par le variant Omicron, l'Afrique tente d'améliorer ses capacités de séquençage pour mieux contrôler cette nouvelle version mutante du Covid-19.

Badr Kidiss
Rédigé le
La chasse au variant Omicron est lancée en Afrique
La chasse au variant Omicron est lancée en Afrique  —  OMS

En Afrique aussi, Omicron inquiète. Ce nouveau variant, que certains qualifient de mutant ou clone, a été découvert fin novembre en Afrique du Sud. Depuis, il sème le trouble dans les quatre coins de la planète, et le continent africain n'y échappe plus. Après avoir infecté 172 personnes sur le sol sud-africain et près de 20 personnes au Botswana, il a été détecté dans au moins 22 pays du monde, dont notamment le Ghana et le Nigéria, en Afrique de l'Ouest.

Pour contrer la menace, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle les gouvernements africains à séquencer entre 75 et 150 échantillons par semaine. "La détection et la notification en temps utile du nouveau variant par le Botswana et l’Afrique du Sud ont fait gagner du temps au monde entier. Nous disposons d’une fenêtre d’opportunité, mais nous devons agir rapidement et intensifier les mesures de détection et de prévention. Les pays doivent adapter leur riposte à la Covid-19 et mettre fin à une remontée des cas qui frapperait l’Afrique et pourrait submerger des établissements de santé déjà très sollicités", explique la Dre Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

A lire aussi : Omicron vs Delta : quelles différences opposent les deux variants du Covid ?

Des réinfections possibles

"Nous pensons qu'une infection antérieure ne protège pas contre Omicron", a déclaré Anne von Gottberg, spécialiste des maladies infectieuses à l'Institut national sud-africain des maladies transmissibles (NICD), à l'occasion d'un point presse de l'OMS pour l'Afrique, ce jeudi 2 décembre. Autrement dit, les anticorps issus d'une première infection au Covid-19 n'empêchent pas d'attraper à nouveau la maladie avec le variant Omicron. 

Si les vaccins anti-Covid devraient, selon von Gottberg, rester efficaces contre les formes graves de la maladie, on en sait encore peu sur ce clone du Covid-19. A ce stade, "nous ne savons pas d'où le variant provient", résume l'expert de l'OMS Ambrose Talisuna.

Une vaccination qui patine

"La combinaison des faibles taux de vaccination, de la poursuite de la propagation du virus et des mutations de ce virus est un mélange toxique. Le variant Omicron est un signal d’alarme qui montre que la menace du Covid-19 est bien réelle" - Dre Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique

Menacée par Omicron, l'Afrique a aussi l'un des plus bas taux de vaccination. Seulement 102 millions de personnes, soit 7,5 % de la population du continent, sont entièrement vaccinées. Plus de 80 % des habitants d’Afrique doivent encore recevoir une première dose de vaccin anti-Covid.

Un article à retrouver sur Allo Docteurs Africa

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !