Chirurgie ORL : un robot pour opérer les oreilles des enfants

Des équipes pédiatriques de l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris ont conçu une innovation technologique : un robot chirurgical pour réparer avec une extrême précision les oreilles des enfants. Reportage au bloc opératoire.

Géraldine Zamansky
Rédigé le
Robot chirurgie robot
Un robot de chirurgie ORLRobot chirurgie robot  —  Le Mag de la Santé - France 5

Cet enfant souffre d’une mauvaise audition et d’infections répétées à cause d’un tympan abîmé. Pour le réparer, le chirurgien va bénéficier d’une troisième main, qu’il pourra guider par une commande particulière :  elle est situé au bout du bras de ce robot français.   

"C’est un robot qui est unique, il n’y a pas d’équivalent actuellement dans le monde. Ce robot est dédié à la chirurgie ORL et plus particulièrement à la chirurgie de l’oreille. Il est très spécialisé et permet d’utiliser le bras robotisé pour manipuler un endoscope", explique le Dr François Simon, chirurgien ORL, hôpital Necker-Enfants Malades. 

Une gestuelle plus précise

L’endoscope est une caméra médicale qui pourra plonger dans l’oreille avec des mouvements très précis au fil de l’intervention. Ce robot est le seul à pouvoir manipuler un endoscope comme un poignet, dans tous les sens, offrant une richesse de mouvements et une précision inégalée.

Sans le robot, le chirurgien devrait soit accrocher sa caméra à un support moins mobile, soit la tenir lui-même et opérer avec une seule main. Ce dispositif lui permet donc d’utiliser pleinement ses deux mains et d’avoir assez d’espace grâce à la taille de la caméra, spécialement adaptée aux oreilles des enfants.  

Préserver les structures fragiles


Le chirurgien peut ainsi ouvrir et explorer la zone opératoire avec une visibilité parfaite. Tout en préservant des structures fragiles, comme certains nerfs présents dans la zone. "On est en train de découvrir un petit nerf, il va partir dans l’os en avant et aller jusque dans la langue. Si on le coupe les gens se plaignent d’avoir une altération du goût", confie le Dr François Simon. Ce nerf sera donc toujours bien surveillé grâce à la caméra au moment de la restauration du tympan.   

Un très fin morceau de cartilage est prélevé à l’entrée de l’oreille pour être glissé sous le tympan. Il est complété par une petite membrane plus souple, également découpée par le chirurgien pour améliorer l’étanchéité de la réparation.  

C’est la fin de cette opération délicate réalisée dans un espace d’un centimètre carré. À l’avenir, l’assistant robot pourrait faciliter des interventions encore plus complexes grâce à des images en trois dimensions ou l’intégration de scanners du patient.   

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !