1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

6 raisons de faire l'amour en hiver

Rédigé le 28/11/2017 / 0

  • La chaleur, c'est dans la tête (et ailleurs).

Nous sommes conditionnés à associer été et désir, alors que les études ne montrent aucune diminution de libido l'hiver venu. Alors, hop hop hop, on se déconditionne et on réveille l'homme ou la femme des cavernes qui sommeille en nous !

  •  La peau de bête devant une cheminée, c'est The fantasme hivernal.

Le plaid devant la télé est toutefois une variante plus réaliste. Quitte à passer un film X pour enflammer son imagination…

  • L'hiver, la sieste est encore plus crapuleuse.

Imaginez… Vous êtes nus sous la couette l'un contre l'autre (le pyjama en pilou, on oublie) et les flocons tombent derrière la vitre. Un prétexte idéal pour se réchauffer avec intensité, non ?

  • Déshabiller lentement l'autre est torride.

En été, on voit tout et l'imagination est réduite à peau de chagrin. En hiver, l'imaginaire érotique s'enflamme : le corps se devine et il se dévoile en douceur et avec sensualité devant celui ou celle qui enflamme son désir.

  • On embrase les activités indoor.

A la belle saison on déborde d'activités en plein air et on néglige son home, sweet home et son amoureux(-se). Quand le thermomètre baisse, on profite davantage des moments à deux et des activités indoor : sextoys en folie, bain chaud à deux, massage sensuel qui dérape, voire massage prostatique. En résumé, en hiver on élargit son horizon érotique…

  • Le quickie reste une option hot hot hot.

Les hommes auront juste à dégainer, les femmes à baisser leur pantalon ou collant. L'étreinte express, une option parfaite pour les paresseux et les frileux) !

Se libérer de la performance

Rédigé le 21/11/2017 / 0

Si la performance a envahi nos vies, s'en détacher réconcilie avec l'érotisme. Avec à la clé, encore plus de plaisir !

  • Travailler sur les causes

Le premier moyen de dépasser la performance et l'angoisse qui en découle, est de réfléchir sur les causes. Travailler dessus peut se faire seul ou avec l'aide d'un psychologue (c'est souvent beaucoup plus simple d'avancer, avec un regard extérieur). Le manque de confiance est le plus fréquent et il s'explique souvent par une inadéquation entre son ressenti et les normes véhiculées par la société, ou par des remarques blessantes de son partenaire rencontré.

  • Augmenter sa confiance en soi

La pratique quotidienne de psychologie positive aide aussi à se valoriser et à être fier de soi. Certains exercices sont très simples, comme récapituler 3 choses positives effectuées dans la journée et en s'imprégnant du sentiment ressenti sur le moment. On travaille aussi sur le renforcement des points forts et la diminution de l'importance accordée aux points faibles. D'autre part, la confiance intervient aussi dans le rapport avec son ou sa partenaire : elle nécessite d'être suffisante pour s'abandonner à lui. Est-il digne de confiance et met-il suffisamment en confiance ?

  • Questionner son rapport au corps

Les femmes sont plus souvent concernées par cette pression de l'esthétique. Bonne nouvelle, les complexes peuvent tout à fait être réduits en miette ! Il est essentiel de valoriser ce que l'on aime en soi, de stimulant son estime de soi pour parvenir à accepter son corps et savourer sa sexualité. Il est important de prendre de la distance avec ces pseudo-normes véhiculées par les médias : la féminité et l'attirance n'ont rien à voir avec des mensurations skinny, le plaisir encore moins ! Si besoin, une thérapie est libératrice quand elle réussit à réconcilier avec son corps.

  • Lutter contre le perfectionnisme

La performance est souvent en lien avec le perfectionnisme. Or vouloir être bon dans ce que l'on fait, c'est bien ; vouloir être le meilleur partout, non… Cela implique une pression incroyablement lourde sur ses épaules ! Et la qualité de vie, professionnelle, relationnelle et sexuelle, en pâtit trop souvent. La lutte contre le perfectionnisme doit alors être quotidienne, en débusquant des pensées automatiques, en se déculpabilisant à propos de ses failles. Personne n'est parfait, et heureusement ! Relativiser ses failles amène à une meilleure acceptation. D'ailleurs, les défauts donnent bien souvent du charme à celui qui les assume.

  • Interroger son rapport à la virilité ou la féminité

La société actuelle vit un bouleversement dans les rôles qui sont impartis aux hommes et aux femmes : ces dernières ont pris leur indépendance professionnelle, financière et sexuelle, ce qui laisse souvent les hommes totalement démunis. Il n'est pas toujours facile de savoir qui l'on est vraiment en tant qu'homme ou femme, en se dédouanant des stéréotypes sociétaux. Comment vivre au mieux sa féminité de la façon qui correspond le plus à son intime conviction ? En se libérant des diktats imposés, qu'ils concernent la taille du pénis ou de la vulve, l'épilation intégrale, l'impératif de l'orgasme, le nombre de conquêtes sexuelles, la maîtrise du kâma-sûtra. Etre soi et vraiment soi, c'est le challenge d'une vie et c'est passionnant !

  • Se recentrer sur ses sensations

C'est le meilleur conseil pour se libérer de la performance, qui fait oublier les sensations plaisantes. Se concentrer à nouveau sur elles est le meilleur moyen de renouer avec le plaisir. Tout comme être avec l'autre à 100%, vivre pleinement ce moment partagé et se laisser happer par la sensualité, bien loin de la performance…

 

Les femmes, concernées par la performance sexuelle ?

Rédigé le 03/11/2017 / 0

Après avoir longtemps concerné les hommes, la performance sexuelle et l'angoisse qui en découle, rattrapent peu à peu les femmes. Elles portent sur l'esthétique et le rapport au corps, mais aussi l'impératif d'être une bonne amante. 

Comme les hommes, bon nombre de femmes souffrent de la pression sexuelle. Si elles ont longtemps été confinées en cuisine et à l'éducation des enfants par les hommes, elles sont désormais censées être des amantes hors pair tout en gérant la logistique familiale et en réussissant professionnellement. Certain(e)s, comme Ovidie dans une vidéo pour Brut, n'hésitent pas à dénoncer une nouvelle forme de domination masculine dans cette pression sexuelle.

De plus, la société qui promeut le culte de la beauté leur renvoie une image dans laquelle elles ne se reconnaissent pas forcément : la femme parfaite doit être sexy en toutes circonstances, avoir un corps de top model, être libérée (mais pas trop pour ne pas effrayer son homme), jouir à chaque rapport mais avec la pénétration (l'orgasme vaginal étant tellement plus mature que l'orgasme clitoridien -merci Freud d'avoir ruiné la vie sexuelle de nombreuses femmes en véhiculant cette idée erronée…). Les magazines relaient sans compte cette image parfois et imposent aux femmes une notion de performance esthétique.

Compétences sexuelles et tyrannie de l'orgasme

Certaines, plus sensibles à la pression, la vivent comme une véritable angoisse. La peur de n'être pas assez habile, pas assez compétente, pas assez libérée s'infiltre dans le rapport sexuel et le perturbe insidieusement…

La tyrannie de l'orgasme est elle aussi pesante pour le femmes (non, on n'est pas obligée de jouir intensément à chaque rapport ! Il peut y avoir des jours "avec" et des jours "sans" selon notre état d'esprit, nos préoccupations, notre fatigue, notre stress, etc. Ce n'est pas un problème si l'on y trouve assez de plaisir à son goût et que le rapport est satisfaisante).

Moins d'excitation et de plaisir

Là encore, ce stress peut affecter la vie sexuelle : la peur de l'échec gâche le plaisir de l'étreinte sexuelle et peut amener à accepter des pratiques que l'on croit être la norme. Sur un plan physique, l'excitation peut être diminuée à cause de l'angoisse, ce qui se traduit par une diminution de la lubrification. Et/ou l'orgasme s'éloigne tant la femme se met de pression pour jouir : plus on cherche le plaisir, plus il s'éloigne. Un cercle vicieux se met en place : la recherche de la performance l'éloigne aussi sûrement qu'elle chasse le plaisir…

A suivre le 17 novembre : Comment sortir de la performance ?

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24