1. / Bien-être - Psycho
  2. / Sport et santé

Plongeon de haut vol : une épreuve pour le corps

Benjamin Auffret portera les couleurs de la France lors des Jeux Olympiques de Rio qui débuteront le 5 août prochain. Peu connue, sa spécialité est pourtant spectaculaire : il s'agit du plongeon de haut vol, très éprouvant pour le corps. Les sauts exigent un entraînement millimétré.

Rédigé le

Plongeon de haut vol : une épreuve pour le corps

Derrière chaque saut de Benjamin Auffret, il y a une enfance et une adolescence de gymnaste. Puis une reconversion au plongeon pour soulager des articulations fragilisées par la croissance. Depuis 2010, il transforme son corps d'acrobate pour faire face aux contraintes extrêmes de ce sport de très haut vol.

"Si le saut n'est pas millimétré, l'impact à 60 km/h peut être vraiment violent. C'est la tête qui est un peu en dehors des bras, qui n'est pas vraiment cachée par les bras... Et le lendemain, on a des douleurs dans le cou… Si le saut n'est pas millimétré, il y aura des douleurs, des blessures pas forcément mais il y aura des douleurs", confie l'athlète.

Et Benjamin Auffret ne doit surtout pas se blesser avant les JO. D'ici Rio, chaque séance d'entraînement dose précisément le nombre de sauts à dix mètres, sa spécialité. Il faut limiter les risques mais préparer à la fois le corps et le cerveau. "Il faut aussi habituer le corps d'un point de vue psychologique. Il faut être capable d'être suffisamment relâché pour faire ces plongeons. Il faut avoir un détachement et un relâchement musculaire", explique Alexandre Rochas, entraîneur à l'INSEP. Difficile d'imaginer du relâchement dans cette poignée de secondes à grande vitesse. Surtout quand pouces et poignets souffrent presque en permanence, car Benjamin a déjà de l'arthrose.

Il reste quelques semaines à Benjamin Auffret pour mieux prendre soin de lui, avec un coup d'adrénaline en plus depuis qu'il a reçu ses tenues d'athlète olympique : "Champion olympique, c'est plus que le rêve de toute une vie donc on va se battre pour", prévient le plongeur. En 2015, Benjamin a fini cinquième au championnat du monde. Il devra cet été en quelques secondes gagner sa place sur le podium olympique.