1. / Bien-être - Psycho
  2. / Beauté, soins du corps
  3. / Cellulite

Cellulite : les hormones en cause ?

J'ai de la cellulite depuis mes 13 ans et l'apparition de mes premières règles. Le problème est-il donc hormonal ? Peut-on le corriger ? J'ai de la cellulite sur les bras. On m'a dit que ça pouvait être à cause d'un manque de progestérone. Que faire pour la déloger ?

Rédigé le , mis à jour le

Cellulite : les hormones en cause ?

Les réponses avec le Dr Philippe Blanchemaison, médecin vasculaire :

"Les hormones interviennent, c'est la raison pour laquelle les femmes sont plus touchées que les hommes. Les hormones en elles-mêmes ne créent pas de cellulite mais elles jouent sur la répartition des graisses. Les hormones féminines vont favoriser la répartition des graisses dans la partie basse du corps (graisse gynoïde) alors que chez les hommes, l'excès de gras va d'abord se déposer dans la partie haute du corps. Ce n'est pas les hormones qui créent la graisse, il faut tout de même qu'il y ait au départ un déséquilibre alimentaire. Sur le plan énergétique ce qui fait du gras, ce qui produit du gras, c'est un excès de graisse alimentaire ou un excès de sucre alimentaire pour la cellulite adipeuse. Mais il y a du gras dans les trois types de cellulite. Pour la cellulite fibreuse, à la graisse se rajoute aussi de la fibrose. Cela permet d'éviter de faire des traitements pour rien.

"Par exemple si une femme fait des drainages lymphatiques et si elle n'a pas du tout de rétention d'eau, elle va perdre son temps. Une femme qui suit un traitement purement axé sur de la fibrose alors qu'elle n'en a pas, va aussi perdre son temps… Il faut donc quantifier quelle est la part de chacun des acteurs pour optimiser le traitement.

"Ce n'est pas le manque de progestérone qui est en cause pour la cellulite du bras. C'est en fait le déséquilibre entre les oestrogènes et la progestérone. Cela va déterminer une augmentation de la perméabilité des capillaires, cela va favoriser la partie rétention d'eau de la cellulite, les hormones jouent beaucoup là-dessus. La rétention d'eau rend les capillaires plus perméables, il y a un flux continu d'eau qui se fait dans la micro-circulation qui lave nos cellules. Et toute l'eau qui sort des capillaires artériels peut être entièrement réabsorbée. Si elle n'est pas bien réabsorbée, ça reste dans les tissus et on parle de rétention d'eau. Dans ce cas, les drainages sont intéressants. Et quand cette rétention d'eau est très visible, on parle d'oedème. L'oedème est une rétention d'eau mais elle devient visible."

Voir aussi sur Allodocteurs.fr