Une vision des couleurs plus étendue

Une vision des couleurs plus étendue

Des couleurs par millions... Une portion restreinte de la population serait dotée d'une vision chromatique décuplée par la présence d'un quatrième type de cônes sur leur rétine. En 2010, Gabriele Jordan, neuroscientifique à l'université de Newcastle, a découvert pour la première fois une femme capable de percevoir des millions de couleurs invisibles pour le reste de la population.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

La vision des couleurs

La vision des couleurs est possible grâce à des cellules particulières de la rétine, les cônes. Ils sont divisés en trois catégories, une pour chaque couleur fondamentale : le rouge, le vert et le bleu. Le cerveau combine ensuite les signaux captés par ces cellules pour produire une sensation visuelle : la couleur. Chaque cône permet de distinguer une centaine de nuances, nous sommes donc capables de distinguer un grand nombre de couleurs allant du violet au rouge.

Depuis de nombreuses années, des chercheurs ont soupçonné que certaines personnes avaient la capacité de voir des nuances colorées plus subtiles, grâce à la présence d'un quatrième type de cônes qui décuplerait leur vision chromatique.

Des années de recherche

En 1948 déjà, le scientifique hollandais Hugo De Vries, avait initié la découverte du quatrième cône. En menant une étude sur les daltoniens, il s'était aperçu que les hommes ne distinguant pas le rouge et le vert possédaient deux types de cônes normaux et un cône mutant. En approfondissant sa recherche, il avait découvert que les mères et les sœurs de ces hommes avaient les trois types de cônes présents pour une vision chromatique normale et le cône mutant, au total quatre cônes. Son hypothèse était que le cône supplémentaire leur permettait d'avoir une vision des couleurs plus complète.

Dans les années 1980, John Mollon, neuroscientifique à l'université de Cambridge (Grande-Bretagne), et Gabriele Jordan ont testé la vision de ces femmes présentant un quatrième cône. Malheureusement les premiers résultats semblaient montrer que celui-ci était inactif.

Nom de code : cDa29

En 2007, Gabriele Jordan met au point une nouvelle méthode de test. 25 femmes possédant les quatre cônes sont assises dans une pièce noire et sont soumises à des stimuli lumineux colorés : des cercles rouges et verts défilent devant leurs yeux. Pour la plupart des cobayes, tous les cercles étaient soit verts, soit rouges.

Mais en 2010, pour l'une des participantes, certains cercles se sont révélés être d'une autre couleur. En effet, celle-ci était un mélange des deux couleurs, effectué par ordinateur et qui n'était pas perceptible avec une vision chromatique normale. Elle fait donc l'hypothèse que c'est le quatrième cône qui permet d'analyser cette nuance et désigne cette mutation par le code cDa29.

Mais la vision des couleurs est une expérience personnelle et il n'existe aucun moyen de savoir ce que voient les personnes dotées de quatre cônes. Les scientifiques ayant prouvé que cette vision particulière existe, il leur reste à définir pourquoi ce quatrième cône n'est actif que chez certaines femmes.

Source : "The humans with super human vision", Discover Magazine, 18 juin 2012

En savoir plus