Sida : un nouveau vaccin bientôt testé en France

Sida : un nouveau vaccin bientôt testé en France

Un nouveau vaccin contre le sida sera testé chez l'homme au mois d'octobre 2012. Supervisé par le Dr Erwann Loret, chercheur au CNRS et directeur de l'Institut de biologie structurale et de microbiologie de la Timone à Marseille, cet essai aura pour but d'étudier l'efficacité d'une molécule qu'il a mis au point il y a 10 ans.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

En 2001, le Dr Erwann Loret avait découvert une famille de molécules, les TDS, qui ont la propriété de s'attaquer aux protéines virales TAT libérées par le virus du sida. Les protéines TAT fonctionnent principalement en bloquant la réponse immunitaire des macrophages et des lymphocytes T chargés de détruire les cellules infectées par le sida. Si cette protéine est inhibée, la réponse immunitaire peut se faire normalement et le corps peut alors lutter contre le virus.

À l'époque, des tests avaient été faits sur sept singes. Les chercheurs les avaient vaccinés avec les molécules TDS, puis un an plus tard ils leur avaient injectés un virus hybride entre le VIH et le sida du singe. À la suite de dosages, aucune cellule infectée n'avait été détectée.

Faute de financements, les tests sur l'homme ont mis longtemps avant d'être effectués. Dès le mois d'octobre 2012, l'équipe du Dr Erwann Loret va rassembler 48 volontaires pour la première phase d'essai. Ils seront répartis en quatre groupes : trois doses différentes et un groupe placebo. Dans un premier temps, les participants resteront sous trithérapie, puis le traitement sera interrompu durant deux mois. Le but étant de savoir si le virus gagne ou non du terrain sur l'organisme des patients.

Les premiers résultats concernant la dose optimale devraient être connus d'ici un an, durée de la première phase de l'étude. Dans un second temps, les chercheurs élargiront la population à 80 personnes. Actuellement, le traitement utilisé pour lutter contre le VIH est la trithérapie, elle ne permet pas de guérir de la maladie, mais freine le développement du virus dans l'organisme. Elle a encore de beaux jours devant elle car si le vaccin s'avère efficace, de nombreux tests complémentaires de toxicités seront effectués avant d'obtenir une autorisation de mise sur le marché, ceci devrait durer jusqu'en 2017.

Aujourd'hui, le préservatif reste le seul moyen efficace pour se protéger contre le sida et les autres maladies sexuellement transmissibles. En 2011, 34 millions de personnes vivaient avec le sida dans le monde, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

En savoir plus