Prévention du diabète : efficacité confirmée de la chirurgie de l'obésité

Prévention du diabète : efficacité confirmée de la chirurgie de l'obésité

Une étude britannique menée sur 4.334 patients obèses, répartis par classe d'âge pour refléter leur répartition dans la population générale, confirme l'efficacité de la chirurgie bariatrique pour prévenir l'apparition du diabète de type II. Les travaux ont été publiés ce 3 novembre dans la revue Lancet Diabetes and Endocrinology.

Florian Gouthière
Rédigé le
Evolution des actes de chirurgie bariatrique en France, par technique chirurgicale, entre 2006 et 2012 (cliquer sur l'image pour l'agrandir).
Evolution des actes de chirurgie bariatrique en France, par technique chirurgicale, entre 2006 et 2012 (cliquer sur l'image pour l'agrandir).

Au cours de la décennie passée, plusieurs études ont été menées pour évaluer les effets, à moyen et long terme, des chirurgies bariatriques sur le diabète de type II. Le travail de référence en la matière, l'étude SOS (comptes rendus présentés en 2007 et 2013), avait largement validé l'intérêt de cette approche.

Toutefois, les pratiques chirurgicales ont énormément évolué en quinze ans. Entre 2006 et 2014 s'est ainsi opéré en France un véritable "boom" des techniques chirurgicales non-réversibles (bypass, sleeve gastrectomie), les stratégies réversibles (pose d'anneaux gastriques) représentant aujourd'hui moins de 25% des opérations.

Les auteurs d'une étude parue ce 3 novembre dans la revue Lancet Diabetes and Endocrinology ont suivi, sur plusieurs années, deux groupes de 2.167 sujets obèses non-diabétiques, l'un ayant bénéficié d'une chirurgie bariatrique, l'autre non. Toutes les classes d'âge de 20 à 100 ans étaient représentées. La répartition des opérations ne correspond toutefois pas à celle observée aujourd'hui en France (1.053 poses d'anneau gastrique, 795 bypass gastriques et 317 "sleeve gastrectomies").

Afin d'affiner au mieux les résultats, les chercheurs ont pris en compte l'existence d'autres facteurs de risques chez les différents patients (notamment la prise de certains médicaments favorisant ou diminuant le diabète).

Au terme de près de trois ans de suivi en moyenne, seuls 38 des 2.167 patients opérés ont développé un diabète, contre 177 des 2.167 membres du groupe "témoin". L'analyse statistique montre que le recours à ces opérations diminue au moins de moitié le risque de développer un diabète de type II. Aucune des trois techniques chirurgicales n'est apparue supérieure aux autres sur cette courte durée.

Un suivi à plus long terme de ces 4.334 patients doit permettre de préciser l'efficacité de la chirurgie bariatrique sur le long terme sur la prévention du diabète.

Il est important de noter que cette étude porte sur des sujets ayant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30 kg/m2. Or, en France, les chirurgies de l'obésité ne sont pas proposées pour des IMC inférieurs à 35 kg/m2. Pour ceux dont l'IMC est compris entre 35 et 40, elle est théoriquement réservée à ceux ayant au moins une autre pathologie associée susceptible d'être améliorée après la chirurgie(2).

La chirurgie bariatrique n'a donc pas pour objectif premier de prévenir le diabète mais peut constituer un bénéfice indirect d'une intervention décidée pour d'autres motifs.

 

Sources : Incidence of type 2 diabetes after bariatric surgery: population-based matched cohort study. H. Booth et coll. The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication avancée en ligne du 3 novembre 2014 doi:10.1016/S2213-8587(14)70214-1

 

-----

(1) Lorsque le taux de sucre dans le sang augmente (par exemple après un repas), le pancréas libère de l'insuline. Celle-ci permet au sucre de passer du sang vers les cellules de l'organisme où elles seront soit stockées (cellules du foie), soit utilisées comme combustible (cellules musculaires…).

(2) Hypertension artérielle, apnées obstructives du sommeil, troubles respiratoires sévères, diabète de type 2, maladies ostéo-articulaires invalidantes, stéatohépatite non alcoolique…

 

Pour en savoir plus sur la chirurgie bariatrique et le diabète :

Etudes de référence :

  • Bariatric Surgery versus Intensive Medical Therapy for Diabetes — 3-Year Outcomes New England Journal of Medicine, 31 mars 2014. doi: 10.1056/NEJMoa1401329
  • Can Diabetes Be Surgically Cured? Long-Term Metabolic Effects of Bariatric Surgery in Obese Patients with Type 2 Diabetes Mellitus, Annals of Surgery, octobre 2013. doi: 10.1097/SLA.0b013e3182a5034b
  • Gastric Bypass vs Intensive Medical Management for the Control of Type 2 Diabetes, Hypertension, and Hyperlipidemia. JAMA, 2013. doi:10.1001/jama.2013.5835
  • Evaluation of Current Eligibility Criteria for Bariatric Surgery, Diabetes prevention and risk factor changes in the Swedish Obese Subjects (SOS) study. Diabetes Care, 28 janvier 2013. doi: 10.2337/dc12-1395

Obésité et diabète de type II : quels mécanismes ?

Les liens épidémiologiques entre obésité et diabète sont très forts. Longtemps, l'hypothèse qui a prévalu était la corrélation : une alimentation riche entraîne l'obésité, et sollicite également beaucoup la production d'insuline, augmentant le risque de résistance à cette hormone(1). Mais des liens plus complexes sont connus depuis le début des années 2000 : en effet, les cellules graisseuses produisent des cytokines, molécules inflammatoires qui favorisent la résistance à l'insuline.