Polio : vers une nouvelle épidemie en Europe ?

Polio : vers une nouvelle épidemie en Europe ?

L'apparition récente de nouveaux cas de poliomyélite en Syrie inquiète les experts en maladies infectieuses. Dans un article publié le 8 novembre 2013 dans la revue scientifique The Lancet, deux spécialistes allemands alertent sur le risque de réintroduction en Europe du virus de la polio. Cette mise en garde survient alors que très récemment, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a proposé, en France, de nouvelles recommandations vaccinales.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Une petite fille victime de la poliomyélite (image d'archive, CDC)
Une petite fille victime de la poliomyélite (image d'archive, CDC)  —  © Centers for Disease Control and Prevention's Public Health Image Library

La poliomyélite : une maladie paralysante

En envahissant le système nerveux central, le poliovirus peut entraîner une paralysie totale et irréversible en quelques heures. D'après l'OMS, 5 à 10% des sujets paralysés meurent de complications respiratoires.

La contamination se fait soit par transmission directe interhumaine (respiratoire ou oro-fécale), soit par transmission indirecte par les eaux souillées ou les aliments contaminés. Aucun traitement curable n'existe.

La seule façon de prévenir l'infection reste le vaccin antipoliomyélitique. Administré à plusieurs reprises et en respectant le "calendrier vaccinal", il protège à vie. Même si une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible, les personnes contaminées asymptomatiques peuvent transmettre le virus.

Risque épidémique en Europe ?

Alors que l'effort mondial pour l'éradication de la poliomyélite a permis une diminution de plus de 99% des cas depuis 1988, l'OMS a déclaré qu'au moins 10 cas de poliomyélites avaient été confirmés en Syrie depuis le début de la guerre civile, dans une région où la couverture vaccinale est en déclin.

Deux experts en maladies infectieuses, Martin Eichner et Stefan O Brockmann, ont fait part de leur inquiétude face au risque de dissémination de la poliomyélite dans certaines régions d'Europe, qui pourrait être la conséquence de l'exode et de flux migratoires de centaines de milliers de Syriens. L'inquiétude se porte principalement sur les régions d'Europe où la couverture vaccinale est faible : l'Autriche, l'Ukraine ou encore la Bosnie-Herzégovine.

Cette déclaration est d'autant plus alarmante que l'OMS a annoncé que l'échec de l'éradication de la poliomyélite "pourrait aboutir à ce que le nombre des nouveaux cas revienne, d'ici 10 ans, à 200.000 par an".

En Syrie, et dans six autres pays du Proche-Orient, une campagne massive de vaccination contre la poliomyélite a été lancée, visant à terme à protéger 20 millions d'enfants, ont annoncé l'OMS et l'Unicef, dans un communiqué commun, le 8 novembre 2013.

Un schéma vaccinal "allégé"

En France, la vaccination contre la poliomyélite est obligatoire jusqu'à l'âge de 13 ans. En avril 2013, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a publié de nouvelles recommandations du calendrier vaccinal. Une primo vaccination comporte désormais deux injections à l'âge de 2 et 4 mois, suivies d'un rappel à 11 mois (schéma "2+1" contre "3+1" auparavant). Les rappels suivant sont dorénavant à 6 ans, puis entre 11 et 13 ans. Le rappel recommandé à l'âge adulte, a été "allongé" à un intervalle de 20 ans jusqu'à 65 ans, alors qu'il était recommandé tous les 10 ans. D'après ces mêmes recommandations, à partir de 65 ans, les rappels se feront tous les 10 ans.

 Sources :
- Poliomyélite. Organisation mondiale de la santé. Avril 2013.
- Polio emergence in Syria and Israel endangers Europe. Martin Eichner et Stefan O Brockmann. The Lancet, Early Online Publication, 8 November 2013.
- Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013. Ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l’avis du Haut Conseil de la santé publique.

Le 11 novembre 2013, l’OMS faisait état de treize cas de poliomyélite chez des enfants dans le nord-est de la Syrie, et confirmé que cette contamination était liée à une souche du virus venue du Pakistan. Le séquençage génétique indique un lien "avec un virus détecté dans des échantillons environnementaux en Egypte en décembre 2012", de la même famille qu'un poliovirus détecté au Pakistan, a ajouté l’organisation. (Source : AFP)