Mortalité infantile et maternelle en baisse dans les pays pauvres

Mortalité infantile et maternelle en baisse dans les pays pauvres

Un rapport de mi-parcours fait le point sur les objectifs du compte à rebours 2015 lancé par l'ONU : bonne nouvelle, la mortalité maternelle et infantile a nettement baissé dans les pays pauvres.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Dans certains pays en développement, donner la vie est encore trop souvent synonyme de mort pour la mère, et les premiers mois d'existence des enfants sont souvent fatals. Mais des progrès ont pourtant été faits. L'ONU annonce en effet que la mortalité maternelle et infantile a fortement reculé dans les pays pauvres depuis 1990.

Un rapport d'étape encourageant

En 2000, l'organisation s'imposait un ultimatum, un "Compte à rebours 2015" avec les objectifs du millénaire à atteindre dans 75 pays en développement : réduire de deux tiers la mortalité des moins de 5 ans et de trois quart celle des mères.

L'accès aux soins lors de l'accouchement ou l'augmentation des traitements médicaux donnés aux enfants malades, ainsi que les efforts fournis pour améliorer la lutte contre la malnutrition, ont permis à certains pays pauvres d'accomplir "des progrès spectaculaires".

Selon le rapport publié, mercredi 13 juin 2012, dans la revue médicale britannique The Lancet, la mortalité maternelle annuelle dans ces pays, dont la plupart sont situés en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est, a diminué de près de moitié de 1990 à 2010 (passant de 543 000 à 287 000 femmes) tandis que pour les enfants de moins de cinq ans, elle est passée de 12 millions par an en 1990 à 7,6 millions en 2010, un recul de 36,6 %.
 Plus particulièrement, le taux de mortalité infantile a baissé de 5 % par an en moyenne au Botswana, en Egypte, au Libéria, à Madagascar, au Rwanda et en Tanzanie de 2000 à 2010.

Dans certains pays comme le Vietnam ou le Népal, la diminution du taux de mortalité maternel atteint 75 % par an. 

Mais des efforts inégaux dans certains pays

Malgré ces récents progrès, seuls 22 des 75 pays compris dans le "Compte à rebours 2015" sont actuellement en mesure d'atteindre les objectifs du millénaire fixés par l'ONU, déplore le rapport.

 La pneumonie et la diarrhée sont encore responsables de plus de deux millions de décès par an d'enfants en bas âge, ce qui pourrait être évité avec des mesures de prévention et des traitements. 

Le rapport précise que 40 % des décès chez les enfants se produisent durant le premier mois de la vie et que plus de 10 % des nouveau-nés viennent au monde avant terme, un chiffre en hausse. Les auteurs relèvent que les complications résultant des naissances prématurées sont la principale cause de décès des nouveau-nés.

Certains des pays concernés par ce compte à rebours ne feraient pas assez d'efforts. Alors que le financement public est essentiel pour faire de véritables progrès, 40 des 75 pays participant au programme "Compte à rebours pour 2015" consacrent moins de 10 % de leur budget à la santé publique, indique le rapport de l’ONU.


La publication de ce rapport coïncide avec le lancement, ce jeudi 14 juin 2012, d'une réunion organisée par l'Unicef visant à élaborer un plan pour éliminer les décès infantiles évitables.

Avec AFP

En savoir plus