Le manque de prévention tue 16 millions de personnes par an

Sauver 16 millions de vies, pour 3 dollars par personne… C'est le pari lancé par l'Organisation Mondiale de la Santé, qui alerte sur les dégâts des maladies non transmissibles. Alcool, tabac, sel, sont les causes de millions de décès évitables, grâce notamment à la mise en place de programmes nationaux de prévention.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Le manque de prévention tue 16 millions de personnes par an

"Des millions de vies seront à nouveau perdues trop tôt" si tous les pays ne mettent pas en oeuvre des mesures de prévention en matière d'alcool, de tabac ou de nutrition, a déclaré le Dr Margaret Chan, directrice générale de l'Organisation Mondiale de la Santé. "La communauté internationale a la chance de pouvoir changer le cours des maladies non transmissibles", a t-elle ajouté. "En investissant entre un et trois dollars par an et par personne, les pays pourraient fortement diminuer le nombre de patients et de décès dus à ces maladies non transmissibles".

En l'an 2000, 14,6 millions de personnes sont décédées prématurément des suites de maladies non transmissibles, faute de prévention. Ce chiffre a augmenté et est passé à 16 millions en 2012, ajoute l'OMS.
Les décès prématurés dus à des maladies non transmissibles pourraient être évités par des politiques anti-tabac, anti-alcool, et en faveur d'activités physiques et sportives.

Tabac, sucre, sel

L'OMS a lancé en 2013 un plan d'action visant à réduire de 25% entre 2013 et 2020 le nombre de décès prématurés. Certains pays ont déjà obtenu des résultats conséquents. En Turquie par exemple, le nombre de fumeurs a baissé de 13,4% entre 2008 et 2012, suite à la hausse du prix du tabac et à des avertissements sur les paquets de cigarettes.

En Hongrie la consommation de boissons sucrées a baissé de 30% en moyenne, après avoir taxé les produits forts en sucre. Enfin, l'Argentine, le Brésil, le Chili, le Canada, le Mexique et les États-Unis ont lancé des campagnes pour faire baisser la teneur en sel dans les aliments.

Cibler les pays à revenus faibles et moyens

L'OMS encourage surtout les pays à revenu moyen à engager de telles politiques, car les décès dus à des maladies non transmissibles y sont supérieurs aux décès dus à des maladies infectieuses !

Six pays enregistrent des taux de décès prématurés très élevés : Afghanistan, Fidji, Ouzbékistan, Kazakhstan, Mongolie et Guyana. En outre, près de trois quarts de tous les décès dus à des maladies non transmissibles, soit 28 millions, surviennent dans les pays à revenus faibles et moyens.

16 millions de vies pour 3 dollars par personne

Pour l'OMS, les coûts des campagnes visant à réduire ces décès prématurés sont estimés à 11,2 milliards de dollars par an, soit un investissement annuel de 1 à 3 dollars par personne ! Un coût faible, qui permettrait de lutter contre des maladies comme le cancer, le diabète et les problèmes respiratoires et cardiaques.

En ligne de mire notamment : la nutrition des plus jeunes. L'OMS s'inquiète notamment des méfaits de l'obésité chez les enfants, qui développent aussi des maladies cardiovasculaires, de l'hypertension, ou des maladies liées à l'arthrose. Des dégâts qui pourraient être évités par de simples programmes d'éducation à l'alimentation équilibrée. Actuellement 42 millions d'enfants âgés de moins de cinq ans sont obèses dans le monde…

 

VOIR AUSSI :