Infections de prothèses : les patients doivent rester vigilants

Près de 220.000 prothèses de hanches ou de genoux sont posées chaque année en France. Si les risques post-opératoires d'infection restent rares, ils concernent tout de même 2.500 personnes par an. Et parfois, la seule solution consiste à changer de prothèse pour en poser une autre. Mais les patients ont peut être un rôle à jouer pour prévenir cette complication. Ils peuvent repérer précocement les signes d'infection, pendant le premier mois après l'intervention, mais aussi durant toute la durée de vie de leur prothèse.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Les infections, qui restent assez rares, concernent 1% des prothèses posées. Cicatrisations difficiles, douleurs, épanchements ou fièvre : ces signes d'infection doivent alerter le patient le premier mois qui suit la pose de la prothèse. Il est important de les repérer très tôt pour éviter une nouvelle intervention lourde.

La Haute Autorité de Santé (HAS) s'apprête à publier un document d'information afin d'apprendre aux patients à mieux repérer les signes d'infection et de leur éviter ainsi le changement de leur prothèse

VOIR AUSSI